Nucléaire iranien : Le spectre de la guerre s’éloigne





Aussi bien l’Allemagne que la Chine ont exclu hier l’option militaire contre l’Iran, appelant de nouveau à une solution négociée. Le Quotidien-Agences La chancelière allemande Angela Merkel a déclaré qu'il n'y avait "aucune option militaire" envisagée sur le dossier du programme nucléaire iranien, a rapporté lundi son porte-parole à la presse à Berlin. "La chancelière a exprimé l'opinion qu'il n'y avait aucune option militaire", a déclaré le porte-parole, Ulrich Wilhelm, ajoutant que "la porte des négociations reste ouverte". Les dirigeants américains, insistant sur l'idée que Téhéran développe un programme d'armement nucléaire, ont déclaré à plusieurs reprises qu'aucune option n'était à exclure dans la gestion du dossier nucléaire iranien. De hauts diplomates de Grande-Bretagne, de France et d'Allemagne doivent rencontrer leurs homologues américains, russes et chinois jeudi à Berlin pour discuter de la crise du nucléaire iranien. Avant la tenue de cette réunion, la Chine a de nouveau appelé hier à une solution négociée de la crise nucléaire iranienne. "Nous nous sommes déclarés à maintes reprises en faveur de la résolution du problème nucléaire iranien à travers le dialogue pacifique et les négociations", a déclaré un porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Qin Gang, lors d'un point-presse régulier. "Nous espérons que les actions de toutes les parties concernées permettront la résolution rapide de la crise nucléaire iranienne et la reprise rapide du dialogue", a-t-il ajouté. A ce propos, l’ex-président réformateur iranien Mohammad Khatami, actuellement en visite aux Etats-Unis, estime qu'une attaque américaine contre l'Iran est improbable, dans un entretien lundi à la chaîne de télévision américaine CNN. Interrogé sur une éventuelle action militaire américaine contre l'Iran, Khatami a jugé que "la probabilité que quelque chose de la sorte se passe est très faible. La seule puissance qui peut agir sont les Etats-Unis et franchement, les Etats-Unis ont suffisamment de problèmes en Irak". L'ex-président iranien a appelé à une solution diplomatique à la crise sur le dossier du nucléaire iranien. "A travers la négociation, des garanties peuvent être données pour assurer que nous ne cherchons pas à nous doter de l'arme atomique," a dit Khatami. Selon lui, l'Iran n'a jamais cherché à se doter de l'arme atomique. "Cela n'a jamais été la politique ni l'état d'esprit du gouvernement iranien de chercher à se doter d'armes nucléaires, qui peuvent être la source de quantités de morts dans le monde", a-t-il dit.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com