Les jeunes, les calculs et les intérêts : La spontanéité à doses mesurées…





Certains jeunes ne font un pas qu’après avoir pesé le pour et le contre. La réflexion et l’étude des situations sont légitimes lorsque cela n’engage que la personne elle-même. Or si cet opportunisme est poussé à son extrême, l’on parle de vrais «sangsues» qui vont jusqu’à vivre aux dépens d’autrui. Profiteurs et exploiteurs, ils usent de moyens détournés pour servir leurs intérêts et parvenir à leurs fins. Les jeunes sont-ils des calculateurs ou se comportent-ils de manière spontanée ? Témoignages. Tunis — Le Quotidien Un groupe d’amis pénètre dans un fast-food. Chacun commande son menu complet et sa boisson. Ils mangent, ils discutent et rigolent... Ils peuvent être enviés tellement ils semblent en parfaite entente. A l’heure de l’addition, certains font la sourde oreille, d’autres font semblant d’avoir égaré leur argent... Normal, ils comptent sur leur «ami» réputé être fils de riches. Ils rentrent le ventre plein et le cœur net... Dans un lycée secondaire, deux filles semblent être indépendantes. L’une a un air très branché, l’autre est plutôt du genre «intello» et pourtant elles semblent en parfaite harmonie. Elles sont dans la même classe et partagent la même table. Lors des examens, c’est «l’intello» qui fait tout le travail, l’autre se contente de... copier. L’année d’après chacune est affectée dans une classe à part. Ce qui ne gène pas du tout la «branchée». Elle a déjà jeté son dévolu sur la fille la plus brillante de la nouvelle classe... Des exemples dans le genre, il y en a tellement ! A un âge jeune, l’on est censé vivre de manière spontanée et naturelle. Or il semble que l’intérêt détermine la nature de plusieurs relations juvéniles. Hager, étudiante, 20 ans, n’a jamais bâti de relation suite à un calcul ou pour parvenir à un intérêt particulier. La jeune fille conçoit ce genre de comportement comme indigne. «Je choisis mes ami(e)s selon leur personnalité. C’est toujours le fond qui m’intéresse le plus. En revanche, je sais que les opportunistes et les profiteurs, il y en a vraiment beaucoup. C’est vraiment dommage parce que par moment, on ne sait pas à qui faire confiance. Nombreux sont ceux qui semblent vrais et qui donnent l’impression d’être dévoués et attachants. Hélas, il suffit qu’ils parviennent à leurs fins pour qu’ils se transforment de façon radicale. La relation voit le jour avec la naissance d’un intérêt précis et elle prend fin dès que l’intérêt en jeu disparaît... Dès lors, je pense que les plus chanceux, sont ceux qui ne sont ni riches, ni brillants... Ils seront au moins sûrs que ceux qui les côtoient ne cherchent rien de particulier», dit-elle. Oumaïma, étudiante, 21 ans, a eu affaire à ce gendre de personne. Certes, la jeune fille n’en sort pas totalement indemne, mais elle apprend aujourd’hui à faire le tri. Elle sait faire la différence entre ceux qui sont vrais et ceux qui courent après un intérêt particulier. «Les hypocrites et les opportunistes sont un peu partout. Seul l’intérêt les mobilise. J’ai eu affaire à un jeune garçon qui jouait le rôle de l’amoureux, juste pour que je l’aide durant la période des examens... Dès que les examens ont pris fin, il a disparu. Ce qui m’affecte, c’est que s’il m’avait tout simplement demandé de l’aider je l’aurais fait avec le plus grand plaisir. Il n’avait pas à m’induire en erreur et à jouer la comédie et à me faire du mal. D’ailleurs, je me demande pourquoi certains ne peuvent pas agir naturellement. Si l’on a besoin de quelque chose de particulier, il suffit de le demander ! Pourquoi user de moyens aussi détournés par parvenir à ses fins. Par ailleurs, je pense que ceux qui calculent tout, ont dû vivre au sein d’un entourage hypocrite et opportuniste. Ils s’imprègnent de leur même nature. Toutefois, ce qui est à craindre, c’est que les personnes qui étaient correctes finissent elles aussi par force des choses à devenir calculatrices et fausses», dit-elle. Mohamed Akram, 20 ans, étudiant, ne pourra jamais agir de manière opportuniste. «Si je dois jeter des fleurs à quelqu’un rien que pour un intérêt précis, je ne me le pardonnerai jamais. D’abord parce que je vais me forcer à «gober» une personne que je n’apprécie pas du tout, ce qui me rendra vraiment très mal au point. De plus parce que je vais induire l’autre personne en erreur. Lorsque je tiens à quelqu’un qu’il soit fille ou garçon, je fais en sorte qu’il n’y ait absolument aucun intérêt en jeu. Parce qu’il suffit que l’un ou l’autre ait un objectif pour que la relation se dénature même si elle avait de fortes chances d’aboutir et d’être durable. Le calcul de rentabilité est l’ennemi numéro un de toutes les relations interpersonnelles», dit-il. Mohamed Chihi, 19 ans, candidat au bac, reconnaît avoir agi avec beaucoup de calcul et d’opportunisme. Pourquoi ? Le jeune homme dit que son intérêt prime toujours. «Oui je reconnais avoir agi suite à un calcul avec des filles et des garçons. Si je vais droit au but, je risque d’être rejeté. Or si j’y vais par quatre chemins, je peux parvenir à mes fins et je peux les avoir dans la poche. Il faut dire aussi que je ne le regrette pas du tout. La majorité de ceux que je connais ont aussi une nature opportuniste. Eux aussi usent de moyens détournés pour tirer profit de moi. C’est un peu le genre «donnant-donnant». Mais s’agissant de personnes correctes, je fais en sorte d’être réglo. Par ailleurs, je ne me vois jamais jouer le rôle d’un amoureux avec une fille juste pour atteindre un but. Je suis certes opportuniste mais je ne suis pas inhumain pour autant», dit-il. Abir CHEMLI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com