Tunis La «sangsue» a failli perdre la vie !





Voilà quelqu’un qui a frôlé la mort pour s’être entêté dans la voie de l’insolence. Il était en effet à mille lieues de penser que son rival aurait la hardiesse… de tenter de le tuer! Tunis-Le Quotidien C’est un jeune homme désœuvré qui n’avait d’autre occupation pour meubler ses journées que d’enquiquiner ses semblables parmi les habitants de son quartier. Doté d’une belle musculature, acquise grâce à un entraînement poussé lorsqu’il appartenait à un club sportif du côté de Sejoumi, il se croyait tout permis, d’autant que beaucoup de gens l’évitaient. Il a eu d’ailleurs à se frotter à plusieurs reprises à certains antagonistes, mais pour avoir toujours le dernier mot. Sauf que cette fois, il a eu la mauvaise idée de harceler une jeune fille dont le destin l’aurait mise un jour sur sa route. Depuis, le jeune athlète n’a eu de cesse de la poursuivre là où elle allait lui récitant un vocabulaire qu’il a appris sur le tas grâce à ses fréquentations douteuses. Mais il est devenu si collant et d’autant plus vulgaire que sa victime excédée, a fini par en avoir ras-le-bol de ses agissements. Or, elle n’avait d’autre alternative que de solliciter le secours de son frangin afin de mettre fin à l’insolence de son enquiquineur. Ledit frère s’en est allé alors vers le bonhomme le priant gentiment de cesser ce manège indigne et révoltant. Mais pour toute réponse à cette requête, l’énergumène allait lui rire au nez, en lui promettant qu’il entendra encore parler de lui! Fidèle à son «engagement moral», il est allé le lendemain-même à la rencontre de la petite sœurette pour poursuivre de plus belle son œuvre. Pis encore, il allait franchir un nouveau palier en procédant à des attouchements, sa main baladeuse allant vagabonder un petit moment sur le corps frêle de sa victime, tout à fait impuissante, qui n’a dû son salut que dans une fuite effrénée pour aller narrer, tout en pleurs, sa nouvelle mésaventure à son frère. En proie à une fureur aveuglante, ce dernier a accouru à la recherche de son rival, lequel se trouvait au même moment dans la grande place de la cité adossé à un pylône. Pour son malheur il tournait le dos à celui dont tous les muscles criaient vengeance. Il a suffi d’un seul coup de couteau porté par le frère dans les côtes de son adversaire pour envoyer celui-ci à l’hosto! Heureusement pour lui, il a été miraculeusement tiré d’affaire par les médecins qui l’ont opéré d’urgence, le coup ayant touché apparemment un organe sensible… Mansour AMARA


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com