Larbi Jaber (E.S.T.) : «Seules les belles victoires feront taire les détracteurs»





La sortie de l’E.N. face à l’Ile Maurice et le prochain match de l’E.S.T. face à Renacimiento ont constitué les principaux sujets abordés avec Larbi Jaber, le nouvel international sang et or. Si vous avez d’abord à revenir sur la prestation de l’E.N. face à son homologue mauricienne, que diriez-vous ? Sans chercher à trouver des excuses pour notre petite prestation, je dirai qu’on a évolué dans des conditions difficiles, sur une pelouse lourde et à la limite de la praticabilité et face à un adversaire replié sur lui-même. Ces deux aspects nous ont gênés considérablement mais ne justifient nullement notre petite prestation. On a manqué d’idées et de vitesse devant. Je crois aussi que lorsque l’équipe change de la sorte elle a certainement besoin de temps pour trouver de nouveaux repères. Cela dit on doit une réhabilitation à notre public dès la prochaine sortie. Dimanche, l’Espérance retrouvera la compétition africaine face à Renacimiento. Comment se présente ce match ? L’adversaire a perdu ses deux premiers matches et cherchera à réagir. A nous de demeurer concentrés et de ne pas le sous-estimer. Nous aborderons les débats avec la nette détermination de vaincre et de convaincre. Le retour des titulaires devrait aussi vous aider à mieux vous exprimer, n’est-ce pas ? Quand le nombre des absents est grand, il influe inévitablement sur les automatismes. Je crois qu’il n’y a pas lieu de s’inquiéter sur le présent et l’avenir du club. L’Espérance demeure toujours l’Espérance. Elle s’adapte à toutes les situations. Les rumeurs qui circulent autour du club pèsent-elle sur l’esprit des joueurs ? Croyez-moi, les joueurs sont solidaires et rien ne peut ébranler leur unité. Ils sont concentrés sur le jeu et seulement sur le jeu. Si vous aviez un message à faire passer au public sang et or, lequel serait-il ? Il ne doit pas croire tout ce qui se raconte dans la rue. Il doit avoir confiance en ses favoris et leurs dirigeants. Sur le terrain, on cravache dur pour honorer les couleurs du club à chaque sortie et la seule manière de mettre fin à ces «attaques», c’est de gagner et de convaincre. Et nous n’épargnerons aucun effort pour y arriver. Propos recueillis par Jamel BELHASSEN


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com