Dans nos laboratoires : Le cactus livre bataille contre le cancer





Les recherches qui s’effectuent dans les centres et laboratoires publics et privés consacrés aux analyses biologiques ont permis à la Tunisie de se doter d’une gigantesque base des données biologiques végétales. Tunis-Le Quotidien En l’absence d’une maîtrise parfaite de l’outil informatique dans ce domaine de la biologie, l’exploitation de ces données reste très infime. Le premier workshop tuniso-allemand qui a démarré, hier, à Tunis et consacré au domaine de la Bio-informatique s’inscrit dans le cadre de la volonté de renforcer le partenariat avec l’Allemagne dans ce domaine. Les Allemands disposent en fait d’une très grande expérience en la matière. Plusieurs thèmes et de nombreuses communications orales des experts allemands et tunisiens seront en fait présentés durant les trois jours de ce symposium qui prend fin demain et qui est organisé conjointement par le Centre de Biotechnologie du Pôle Technologique de Borj-Cedria et l’Institut allemand AIPlanta spécialisé dans la biotechnologie végétale. Selon M. Abdelwahed Ghorbel, Directeur Général du Centre de Biotechnologie de Borj-Cedria, «la bio-informatique concerne l’utilisation des bases de données dans le domaine de la génétique végétale et animale qui sera par la suite exploitée pour développer de nouvelles espèces qui s’adaptent mieux aux milieux et aux climats divers. Ces bases de données qui sont capables de contenir des centaines de milliards d’identifiants de molécules différents facilitent énormément le travail des biologistes qui développent des espèces comme par exemple des plantes capables de résister à la sècheresse et à la salinité». * «Produire des plantes » Les opportunités de coopération avec un pays comme l’Allemagne dans ce domaine sont très importantes selon le même spécialiste. «L’Allemagne est très avancée dans le domaine de la bio-informatique et elle nous offre de multiples possibilités de coopération pour nous aider à exploiter d’avantage la richesse que les biologistes tunisiens ont pu créer en matière des résultats de recherches biologiques», souligne M. Ghorbel. Et d’affirmer que l’exploitation industrielle de ces résultats est devenue une obligation dans les centres de recherche du Ministère de la Recherche Scientifique, de la Technologie et du Développement des Compétences. «On nous demande carrément de produire des plantes qui tolèrent la sécheresse et la salinité très élevée des eaux», explique-t-il. Déjà le travail dans cette perspective a atteint un niveau encourageant. On apprend dans ce sens qu’un travail sur l’huile d’olive tunisienne en vue d’améliorer sa qualité fait l’objet de recherches très sérieuses au sein des laboratoires du centre de Borj Cedria . * Le cancer sous la loupe La biotechnologie exercée par les biologistes tunisiens s’intéresse aussi au domaine de la santé de l’homme. Le cancer constitue dans ce cadre un domaine de recherche très développé. Toujours selon M. Abdelwahed Ghorbel, des recherches très avancées sont en cours actuellement au sein de son centre pour trouver des molécules anti-cancéreuses à partir des plantes de cactus. Des résultats d’une autre recherche tuniso-japonaise sur les feuilles d’olivier dans le même domaine a été en fait brevetée. D’autres résultats de recherches sur des molécules d’autres plantes sont en cours de vérification. La coopération avec l’Allemagne dans le domaine de la recherche scientifique est régie, signalons-le, par l’accord conclu en 1999. La Tunisie qui a mis en œuvre plusieurs mesures juridiques et financières pour promouvoir la recherche et le développement dispose aujourd’hui de 32 centres, 139 laboratoires, 624 unités spécialisés dans la recherche scientifique. Côté humain, il y a près de 14650 chercheurs-équivalent-plein-temps. S’agissant des domaines de recherches, la santé, l’agriculture, l’industrie et l’environnement sont les principaux champs de recherche. Mieux encore, 52% des laboratoires et 48% des unités de recherche opèrent dans la biotechnologie. Hassen Ghédiri


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com