Finalisation de l’Accord d’Agadir : Un dernier pas avant la création de la zone euro méditerranéenne de libre échange





Avec la signature récemment des documents relatifs à sa dernière structure, à savoir l’unité technique, l’Accord d’Agadir sera totalement mis an œuvre, et ce en prévision de la Zone Euro-Méditerranéenne de Libre-Echange. Tunis-Le Quotidien En marge des travaux de la session ordinaire du Conseil de la Ligue Arabe, les ministres des affaires étrangères de trois des pays contractants de l’Accord d’Agadir, à savoir la Tunisie, l’Egypte et la Jordanie, ont signé les documents le finalisant, alors que le ministre marocain les signera ultérieurement. Il s’agit des documents relatifs à l’entrée en service de la dernière structure chargée de la mise en œuvre de cet accord, en l’occurrence, l’Unité Technique qui sera basée à Amman (Jordanie). La tâche de cette unité consiste à traduire dans les faits les décisions prises par la commission des ministres des affaires étrangères et celle des ministres du commerce extérieur, et jouer le rôle de conseil technique concernant les différentes questions relatives à l’accord. Trois autres structures sont également chargées de la mise en œuvre de ce dernier, à savoir, la commission des ministres des affaires étrangères chargée du soutien du cadre politique de l’accord et de la définition des mesures politiques pour impulser et élargir cet instrument, la commission des ministres du commerce extérieur chargée de son application et de la définition des moyens de développer la coopération et l’intégration entre les parties signataires, ainsi que la commission technique qui se penche sur le suivi de l’application de l’accord, de l’assistance pour le règlement des litiges outre les questions qui lui seront soumises par la commission ministérielle. L’accord d’Agadir vise, en effet, à dynamiser les échanges commerciaux, développer le tissu industriel, soutenir l’activité économique et l’emploi, augmenter la productivité et améliorer le niveau de vie dans les quatre pays signataires. Il a également pour objectif de favoriser la coordination des politiques macro-économiques et sectorielles de ces pays dans les domaines du commerce extérieur, de l’agriculture, de l’industrie, de la fiscalité, des services, des finances et de la douane, et ce en plus de sa contribution à l’harmonisation des législations dans le domaine économique. L’accord d’Agadir est l’un des éléments qui ont favorisé la création d’une zone de libre échange entre ces quatre pays, dont l’entrée en vigueur a eu lieu depuis le 1er janvier 2005, et ce en prévision de la création de la zone euro-méditerranéenne de libre-échange à l’horizon 2010. Cette dernière prévoit la libéralisation des échanges commerciaux entre les pays membres de l’Union Européenne et leurs partenaires de la rive sud de la Méditerranée. Elle favorisera la création d’une entité économique régionale qui permettra à ses membres de faire face aux mutations de la conjoncture économique mondiale et de renforcer leur développement économique. M. Z.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com