Les missiles Khaïber 1 entrent en jeu, l’armée israélienne s’enlise : Le Hezbollah, du solide !





• Prochaine mobilisation de 30.000 soldats israéliens •Un porte-parole militaire : «Les militants du Hezbollah sont bien entraînés, parfaitement équipés et prêts à mourir» •Le chef de l’état-major israélien victime d’une attaque cardiaque Le Hezbollah a déclaré hier avoir tiré une salve de missiles Khaïber 1 hautement destructeurs et pouvant frapper au-delà de Haïfa. Ces missiles ont atteint la région d’Afoula. Sur le terrain, les militants libanais ont réussi à pousser les soldats israéliens à se retirer de Tallet Massoud à Maroun-Al-Ras. Le Quotidien-Agences Le Hezbollah libanais a annoncé hier que sa branche armée a tiré une salve de missiles de type Khaïber 1 inaugurant ainsi une nouvelle étape dans la confrontation. Ces missiles de longue portée et pouvant causer des dégâts énormes ont frappé de plein fouet la région d’Afoula au-delà de Haïfa. Selon la chaîne Al Arabiya, les missiles auraient touché une base militaire israélienne. 76 personnes ont été blessées, dont 26 traitées pour choc. D’autres missiles se sont abattus sur Akka, Safad et nombre de colonies israéliennes causant d’importants dégâts. Dans ce contexte, l’armée israélienne a annoncé hier qu'elle allait déployer des missiles anti-missiles Patriot dans la région de Tel-Aviv, de crainte d'attaques de missiles à longue portée. Un porte-parole militaire a indiqué que l'armée allait déployer des batteries de Patriot déjà déployés dans la zone de Haïfa, dans le nord du pays, suite aux tirs de roquettes à partir du Liban. Selon la radio militaire, l'armée va également déployer des missiles Hetz (Flèche) de fabrication israélo-américaine. Les Patriot de fabrication américaine avaient été déployés pendant la guerre du Golfe en 1991 mais s'étaient révélés relativement inefficaces pour intercepter les missiles à longue portée Scud alors tirés par l'Irak. Ils ont cependant été modernisés depuis. La Résistance islamique a, par ailleurs, annoncé avoir réussi à repousser les soldats israéliens de la région de Tallet Maasoud, suite à une attaque foudroyante. Tallet Massoud se situe près de Maroun Al-Ras. Après leur retrait, les soldats israéliens ont regagné la colonie d’Avivim au nord d’Israël. L’armée israélienne a prétendu que ce retrait n’était qu’un simple «retrait stratégique». De violents affrontement se sont poursuivis hier aux alentours de Maroun-Al-Ras et Bint Jbeil, poussant l’armée israélienne à redistribuer ses cartes. En conséquence, Israel a révisé à la baisse ses objectifs initiaux: non plus désarmer le Hezbollah, mais l'affaiblir, l'éloigner de la frontière et réduire de façon draconienne les tirs de roquettes contre son territoire. D'autre part, l'armée a revu à la hausse les effectifs engagés dans la bataille et s'apprête à mobiliser trois divisions (environ 30.000 hommes). "Le haut commandement a fait croire au gouvernement que la bataille ne prendrait que quelques jours, soit qu'il ait été mal informé par les Renseignements militaires soit qu'il ait mal interprété les informations", a affirmé un spécialiste militaire israélien. "Cette erreur de conception est le reflet du mépris de l'adversaire et elle a entraîné une impréparation flagrante des unités envoyées au combat", ajoute-t-il. "Il est inconcevable qu'il ait fallu cinq jours à deux régiments entiers appuyés par l'artillerie et l'aviation pour surmonter, au prix de lourdes pertes, la résistance d'une centaine de combattants du Hezbollah à Bint Jbeil", place forte du Hezbollah au Liban sud, selon lui. Le commandement militaire admet lui-même que le Hezbollah lui a causé de mauvaises surprises mais en minimise l'importance. Les combattants du Hezbollah se sont, a dit un porte-parole militaire, "parfaitement organisés" durant les six années ayant suivi le retrait d'Israel du Liban sud, creusant de profonds souterrains et amassant des armes. "Ils sont bien entraînés, parfaitement équipés et prêts à mourir, comme en témoigne le faible nombre de prisonniers fait par les forces israéliennes", selon lui. "Nous ignorions que le Hezbollah avait réussi à acheminer des renforts à Bint Jbeil après que nos forces aient investi la localité". A noter que le chef de l’état-major israélien a été victime d’une attaque cardiaque. * Bombardement Par ailleurs, l’armée israélienne a bombardé hier des villages libanais, tuant six civils. Les bombardements israéliens ont continué notamment sur le village de Yaroun qui a été pilonné. Les villages voisins ont également été visés, alors qu'une opération d'évacuation de la bourgade de Rmeich était en cours, avec un convoi de 150 voitures, en direction de Tyr. Les frappes ont commencé avant l'aube. Plus de 300 bombes et missiles ont touché Majdal Zoun, Qabrikha, Shaqra et Talloussa, à proximité de Tyr, la ville portuaire à 83 km au sud de Beyrouth.Les forces israéliennes ont également visé le village de Aitaroun, voisin de Bint Jbeil, sur lequel quelque 150 projectiles se sont abattus. Au total, 426 Libanais ont été tuées depuis le déclenchement le 12 juillet de l'offensive israélienne contre le Liban. L'armée israélienne a aussi ordonné aux habitants de villages proches de Bint Jbeil, comme Ain Ebel, de les abandonner en prévision d'une nouvelle tentative de réduire la résistance du Hezbollah.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com