Coupes africaines C.S.S. – E.S.T. – E.S.S. : Ambitions à la hausse





Nos clubs seront mis aujourd’hui à rude épreuve pour passer un cap qui s’avère décisif pour la poursuite de leur parcours en Coupes africaines. Néanmoins, aussi bien le CSS, en Ligue des champions que l’ESS et l’EST en Coupe de la CAF, nos clubs partent avec beaucoup d’espoirs de revenir avec le gain des rencontres. CSS : tradition favorable A tout seigneur, tout honneur, le CSS, après son coup d’éclat devant Al Ahly d’Egypte, il y a deux semaines, compte fermement récidiver devant les Ghanéens d’Ashauti Kotoko. Point de répit pour les joueurs sfaxiens depuis le fameux match contre les Egyptiens : «Les joueurs n’ont pas cessé de travailler avec cœur, conscients du fait que le match qui les attend à Obuasi, la ville qui abrite les débats, est déterminant pour la suite de leur parcours. Leur détermination à vouloir négocier ce match avec la ferme intention de réussir en résultat utile une conforte dans l’idée qu’on peut sortir un grand match...», avoue, M’rad, Mahjoub, le coach sfaxien. Côté effectif, le CSS récupère deux cartes maîtresses, à savoir Amir Haj Messaoud et Haythem M’rabet, qui viennent de purger leur suspension. Par contre, il doit se passer des services de Béchir Mechergui et Karim Ben Amor, tous deux blessés. En somme, l’effectif sfaxien assez riche est de nature à faciliter les choix de l’entraîneur sfaxien, dont la seule crainte est l’handicap climatique. A ce propos, M’rad Mahjoub pense que si «les joueurs parviennent à dépasser cet handicap et à garder leur maîtrise et leur lucidité, ils réussiront leur match...». La rencontre qui se déroule à 14.00 heures sera dure pour les Sfaxiens que pour leurs adversaires. N’empêche que dans le camp sfaxien l’optimisme est de rigueur, surtout que les joueurs ont appris à voyager et ont pris l’habitude de réussir leurs rencontres à l’extérieur. EST et ESS : en position de force Nos 2 autres représentants en Coupe de la CAF, EST et ESS seront, eux aussi, très sollicités. L’EST sera devant la mission la plus difficile face au Raja de Casablanca, qui sera, cette fois-ci, au grand complet, à l’inverse de l’EST. Les «Sang et Or», qui ont réussi un nul frustrant à Casablanca, avaient les moyens de trancher le duel en leur faveur dès l’aller, car ils méritaient plus que ce résultat de parité, au vu de ce qu’ils ont présenté tout au long de la rencontre. Bien que confrontée à l’une des meilleures équipes du continent, l’EST n’en a pas moins plusieurs arguments physiques, tactiques et morales pour dépasser ce difficile cap marocain à El Menzah. L’absence de Tayeb et Zaïem sera certainement ressentie, mais Khaled Ben Yahia a d’autres atouts dans sa manche qui peuvent faire la différence. L’atout majeur de l’EST sera sa détermination à aller jusqu’au bout de ses intentions, surtout qu’il évoluera devant son public. Son jeu en bloc et la qualité individuelle de ses joueurs sont de nature à lui permettre de confirmer sa brillante sortie de l’aller, avec cette fois-ci, la victoire en prime. Les Etoilés de Faouzi Benzarti auront une tâche beaucoup plus aisée, après leur large victoire à Sousse contre les Tanzaniens de Moro United (4-1). Même si elle fut longue à se dessiner, cette victoire n’en a pas moins démontré que l’ESS possède les arguments et les joueurs capables de faire la différence à n’importe quel moment de la rencontre. A Dar Essalam, les fatigues d’un long voyage et les conditions climatiques constituent un handicap pour les Etoilés, mais ne les empêcheront pas de se qualifier pour les quarts de finale de la Coupe de la CAF qui constitue l’un de leurs objectifs majeurs. Les Etoilés ont pris l’habitude de se surpasser dans les moments critiques et ne dérogeront pas à cette règle face aux Tanzaniens. Benzarti, un vieux «briscard» leur a demandé d’oublier le match aller et de se concentrer exclusivement sur la rencontre d’aujourd’hui pour éviter tout excès de confiance. Chikhaoui, Opara, Gilson et leurs camarades sont conscients qu’ils sont condamnés à sortir le grand jeu, malgré leur net avantage de l’aller. Leur métier, leur mental et l’expérience de ce genre de rencontres sont de nature à leur donner assez de confiance pour sortir indemnes de ce difficile déplacement. En somme, nos trois représentants ont tous leurs cartes en règle et n’ont qu’à confirmer cette vérité sur le terrain pour aller plus loin et viser les plus hautes marches du podium. Moncef SEDDIK ______________________________ Rétro E.S.T. – Raja : A la recherche d’un... but ! Entre l’EST et le Raja du Maroc, trois confrontations dans le passé, toutes soldées par un nul vierge (0-0). C’est drôle tout de même entre deux formations, à grande vocation offensive, constellées d’étoiles. Et pourtant ! Les Espérantistes se souviennent encore amèrement de la triste finale de la Ligue Africaine des Champions à El Menzah, au mois de Ramadan 1999 : 120’ de jeu, une domination à sens unique, un penalty raté d’entrée et un adversaire évoluant à dix pendant plus de 100 minutes. C’était incroyable comme gâchis et au bout du compte une victoire aux tirs aux buts pour les Marocains. Deux zéro à zéro en 1999, un troisième lors du match aller cette saison. Qu’en sera-t-il pour tout à l’heure. Pour la petite histoire, l’EST a eu à affronter le WAC et le FAR plus d’une fois avec une légère supériorité de son côté. * Première pour le CSS C’est la 1ère fois que le CSS va jouer au Ghana et jusque-là il n’a jamais eu à rencontrer un club ghanéen contrairement à l’EST, l’ESS et le CA qui ont eu affaire à l’équipe «Hearts of Oaks», tombeur de l’EST en finale de la C1 en 2000 et de l’ESS, tout récemment en C1 toujours (1/8èmes de finale). Nos clubs n’ont jamais assez de chance face aux Ghanéens. * L’ESS encore libre Enfin, pour l’ESS, le voyage à Dar Essalem devrait être des plus sereins. Nos clubs et notamment l’E.S.Sahel se sont toujours imposés sans problème face à leurs homologues tanzaniens (CSHL en 95, ESS à deux reprises, 2002 et 2006). N.A.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com