Alignement de Blair sur Bush : Vent de révolte au Labour





Londres-Agences L'alignement persistant de Tony Blair sur la position américaine au Liban soulève un vent de révolte chez ses partisans, qui lui reprochent de se comporter comme "le toutou" de George W. Bush et envisagent ouvertement son départ anticipé de Downing Street. Au lendemain des entretiens Bush-Blair à Washington, plusieurs quotidiens britanniques faisaient état hier du malaise croissant au sein du gouvernement et du parti travailliste, créé par le refus du Premier ministre de prendre ses distances avec Bush en demandant un cessez-le-feu immédiat au Liban. Les caricaturistes londoniens se déchaînent depuis le début du conflit contre "Blair le toutou", un surnom qui lui colle à la peau depuis qu'il s'est rangé inconditionnellement derrière Bush dans le dossier irakien, à la différence de ses partenaires allemand et français au sein de l'Union européenne. "Dans les rangs du Labour, le sentiment s'installe que Blair s'est beaucoup trop aligné sur la position agressive des Etats-Unis et d'Israël et même ses plus proches alliés au sein du cabinet ne cachent plus en privé que cela accélère l'heure de son départ de Downing Street", écrit le Times (conservateur). "La pression va continuer de monter pour qu'il annonce un calendrier pour son départ", renchérit le Financial Times. "Nous sommes parvenus au point où tout peut basculer", ajoute le quotidien des milieux d'affaires, citant un membre du gouvernement. Tony Blair s'est engagé à céder son fauteuil de Premier ministre avant les prochaines élections, d'ici 2010, mais sans fixer de date précise, même s'il a laissé entendre qu'il souhaitait participer au prochain G8 à l'été 2007.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com