Se disant “outrée” : L’OCI exige un cessez-le-feu et la fin de “l’impunité” d’Israël





L'Organisation de la conférence islamique (OCI), plus grande organisation musulmane au monde, a exigé hier un cessez-le-feu "immédiat" au Liban et la fin de "l'impunité" dont bénéficie Israël, selon un communiqué concluant une réunion d'urgence. Le Quotidien-Agences "Nous exigeons du Conseil de sécurité des Nations unies qu'il prenne ses responsabilités dans le maintien de la sécurité et de la paix internationales sans plus attendre en décidant et en mettant en œuvre un cessez-le-feu immédiat et total", est-il écrit dans ce texte. Le projet de communiqué final a été adopté dans la soirée à l'issue d'une réunion d'une journée à Putrajaya, en Malaisie, de près de vingt des 57 membres de l'OCI. L'organisation se dit également "fermement convaincue qu'il ne devrait y avoir aucune impunité pour les violations du droit humanitaire international et des droits de l'homme". "Israël doit être tenu pour responsable de toutes ces actions", selon le texte qui "condamne fermement" l'offensive israélienne et appelle à la libération immédiate de l'ensemble des prisonniers détenus par les deux camps en conflit. "Il y a un accord total sur le besoin d'un cessez-le-feu immédiat et du retrait des forces israéliennes derrière la Ligne bleue de 1949", tracée par les Nations unies et qui sert de frontière entre le Liban et Israël, a déclaré le Turc Ekmeleddin Ihsanoglu, secrétaire général de l'OCI. De "nombreux" pays se sont dit prêts à dépêcher des troupes qui seraient incorporées dans une Finul (Force intérimaire des Nations unies au Liban) "élargie", a-t-il ajouté, au moment où l'offensive israélienne au Liban entre dans son 23e jour. * "Outré" Le monde islamique est "outré", a poursuivi le numéro de l'OCI, accusant "la partialité flagrante dont fait preuve la communauté internationale". "La colère se répand dans l'ensemble du monde musulman... un autre échec (des tentatives de paix, ndlr) peut provoquer davantage de violences et de terrorisme", a-t-il averti. L'inaction de la communauté internationale face au "scandale" que représente l'offensive israélienne pourrait avoir "des conséquences incalculables", a également souligné le Premier ministre pakistanais Shaukat Aziz. La "paralysie" au niveau mondial "va également infliger un sévère coup à la campagne internationale contre le terrorisme", a-t-il estimé. Le Premier ministre malaisien Abdullah Ahmad Badawi, dont le pays préside l'OCI, a jugé que le monde musulman devait "jouer un rôle plus actif". "Nous devons nous montrer préparés à participer aux forces de maintien de la paix sous le mandat des Nations unies. La Malaisie est disposée à le faire", a-t-il promis. "Jusqu'à présent, la communauté internationale est paralysée (...) Le Conseil de sécurité n'a même pas été capable de réunir suffisamment de courage moral pour condamner Israël pour l'attaque sur (le village libanais de) Cana et le meurtre d'observateurs de l'ONU à Khiam", au Liban sud, a regretté le Premier ministre malaisien. "Soyons clairs. Ce qui se passe au Liban et en Palestine ne peut pas être toléré et devrait être condamné", a-t-il asséné.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com