En marge de l’A.G. élective de la F.T.F. : Un président élu … mais à quel niveau ?





Un vent de changement vient de souffler sur la FTF avec l’arrivée de cinq nouveaux membres sur les dix qui ont été élus samedi dernier. A présent, on n’attend que la liste des cinq désignés pour avoir une meilleure idée sur la nouvelle équipe fédérale. Comme prévu, la teneur des débats au cours des travaux de cette AG a été pauvre et sans envergure puisque les véritables maux du football tunisien (statut des clubs) formation, niveau des compétitions locales, la mentalité professionnelle ...) n’ont point été approchés et les quelques intervenants ont juste évoqué des problèmes propres à leurs clubs. De ce fait, le niveau du débat a été assez médiocre et les esprits étaient beaucoup plus préoccupés par les élections qui ont eu lieu tout de suite après. Les représentants des clubs n’ont même pas fait l’effort de débattre des rapports moral et financier. * Les Sahéliens prennent le pouvoir Les surprises n’ont pas manqué lors de l’élection des nouveaux membres du Bureau Fédéral. Les “anciens”, au nombre de six sur vingt-cinq candidats, ont réellement tremblé et M. Khaled Bouzgarrou, pourtant assez connu des représentants des clubs, en a payé les frais et s’est trouvé out. Ainsi, la composition du nouveau bureau verra l’entrée en lice d’au moins cinq membres en attendant d’éventuelles surprises lors de la désignation. Une première lecture nous permet de tirer quelques enseignements qui s’imposent : - Les présidents des clubs s’intéressent de plus en plus au Bureau Fédéral. Ils étaient sept à présenter leur candidature et trois ont réussi leur pari : Jalel Tekaya (ASA), Hédi Lahouar (ESHS) et Ouadii Jari (USBG) alors que six autres ont été moins chanceux : Ali Yazid (JSK), A. Dhouib (ESZ), Z. Tannoubi (OK), H. Ben Omrane (JSO), A. Trifi (E.A.M/) et Youssef Gouider (Ettadhamen). - Les dirigeants sahéliens font le plein, ou presque, puisqu’ils forment une majorité (quatre sur dix) : Ridha Ayed, Kamel Ben Amor, Bouraoui Ben Hassine et Hédi Lahouar. Il s’agit là de véritables compétences, mais on s'attend à un certain ... rééquilibrage lors des désignations. - A première vue, le futur bureau fédéral disposera d’éléments expérimentés et d’autres qui en sont à leurs premiers pas à ce niveau. Les débuts risquent d’être laborieux avec des membres qui manquent de métier, mais on sait déjà que la future arrivée de membres désignés colmatera cette brèche. * Quel futur président ? La question mérite d’être posée et il ne sera pas facile d’anticiper. Malgré les recommandations de la FIFA qui exige du futur président d’être passé par les urnes, on indique du côté de la Fédération que l’élection pourrait se faire à l’AG ou au sein même du B.F. après la désignation des cinq membres restants. Les noms de MM Mahmoud Hammami et Kamel Ben Amor sont avancés, mais on n’exclut pas une surprise de dernière minute et l’arrivée d’un membre désigné “chargé” de briguer la présidence. Dès lors, tout demeure possible même si on voit d’un mauvais œil l’élection d’un président “désigné” qui devrait passer par les urnes au cours de l’AG extraordinaire prévue fin septembre ou début octobre. Kamel ZAIEM


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com