La Résistance avec bravoure





• Quinze soldats israéliens tués, dix chars Merkava et deux bulldozers détruits • Une centaine de missiles dont des «Khaïbar 1» s’abattent sur Israël • Le cabinet de sécurité israélien décide d’élargir l’offensive terrestre • Le commandant de la région militaire nord désavoué dans le premier limogeage d’un général depuis la guerre de 73 Le Hezbollah a maintenu la pression hier tuant douze soldats israéliens et infligeant des dégâts à l’armée de l’ennemi. Israël a pour sa part décidé d’étendre son offensive au risque d’entraîner plus de pertes au sein de l’armée et des complications internationales. Le Quotidien-Agences Quinze soldats israéliens ont été tués hier dans de violents affrontements avec des combattants du Hezbollah au Liban sud. Une source affirmé sous couvert de l'anonymat que cinq soldats avaient été tués dans les combats dans les villages frontaliers d'Aïta al-Chaab et de Taïbé et dix autres dans le village de Debel. Une porte-parole militaire israélienne avait plus tôt fait état d'une quinzaine de soldats "touchés" dans de violents combats avec le Hezbollah au Liban sud. Le Hezbollah a également annoncé avoir détruit dix chars Merkava et deux bulldozers. La Résistance islamique, a par ailleurs annoncé avoir tiré hier une salve de roquettes de type Khaïbar-1 sur Israël. "La Résistance islamique a tiré une salve de Khaïbar-1 sur la colonie de peuplement de Beit Shéan", une ville située dans la vallée du Jourdain, dans l'est d'Israël, selon une bande annonce d'Al-Manar. Des missiles de ce type étaient tombés le 4 août sur Hadera, la localité israélienne la plus éloignée jamais atteinte par les tirs du Hezbollah. Au total, une centaine de roquettes tirées par le Hezbollah depuis le Liban sont abattues hier sur le nord d'Israël. "97 roquettes se sont abattues à la mi-journée sur le nord d'Israël sans faire de blessés. Dix-sept d'entre elles ont touché des localités et au moins une roquette à longue portée s'est abattue dans le secteur de Beit Shéan, dans le nord de la vallée du Jourdain", a indiqué un porte-parole de la police israélienne. Des sources sécuritaires palestiniennes ont pour leur part indiqué que des roquettes tirées par le Hezbollah à partir du Liban sud étaient tombées hier dans l'extrême nord de la Cisjordanie à proximité de Beit Shéan. Au moins cinq roquettes se sont abattues aux abords de villages palestiniens dans la région de Jénine à la lisière du territoire israélien, ont précisé les sources sans faire état de victime. * Limogeage A la veille d'une extension de l'offensive terrestre israélienne au Liban, l'état-major a pour sa part désavoué le commandant de la région militaire nord, en première ligne face au Hezbollah, lui faisant payer les déboires de l'armée sur le terrain. Le général Oudi Adam, commandant en chef de la région militaire nord d'Israël, a été mis sur la touche par le commandement supérieur qui a confié au chef d'état-major adjoint la direction effective des opérations au Liban. Le général Moshé Kaplinsky, 49 ans, a été chargé de "coordonner les opérations aériennes, navales et terrestres au Liban en tant que représentant personnel du chef d'état-major Dan Haloutz", selon un communiqué de l'armée. Officiellement il ne s'agit pas d'un désaveu. Le général Haloutz a même soutenu que le général Adam "avait son entière confiance", mais les médias israéliens et des officiers supérieurs parlent carrément de "limogeage". "En un sens, c'est pire qu'un limogeage, car on confie à ces deux officiers supérieurs des fonctions comparables alors qu'il faut un seul capitaine dans le navire, ce qui risque d'ajouter encore à la confusion", a déclaré l'analyste militaire Ran Edelist. "Le plus lamentable dans cette affaire c'est qu'on livre en pâture à l'opinion le général Adam alors que tout l'état-major porte la responsabilité des défaillances de l'armée", a-t-il ajouté. Sa nomination est intervenue à la veille de la décision du cabinet de sécurité d’élargir l’offensive terrestre contre le Hezbollah. A noter que l’armée israélienne a bombardé dans la nuit de mardi à mercredi un centre relevant du chef de la milice du Fatah, Mounir Maqdah, dans le camp de réfugiés palestiniens d'Aïn Héloué au Liban sud, visé pour la première fois depuis le début de l'offensive, selon des sources de sécurité palestiniennes. Deux obus, tirés par la marine israélienne selon la police, ou par un avion de reconnaissance israélien sans pilote, selon les sources palestiniennes, ont visé le camp, situé dans les Faubourgs de Saïda, chef-lieu du Liban sud. Les projectiles ont visé un centre relevant de Mounir Maqdah, un dirigeant du Fatah, le mouvement du président palestinien Mahmoud Abbas et le périmètre de son domicile dans le camp, a-t-on précisé. Ce camp, le plus grand du Liban avec quelque 50.000 réfugiés, est pris pour la première fois pour cible par l'armée israélienne depuis le déclenchement, le 12 juillet, de son offensive contre le Liban. Un millier de Libanais, contraints d'abandonner leurs localités pilonnées par Israël, ont été accueillis dans ce camp. Neuf civils ont été tués hier lors des bombardements israéliens.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com