Moïne Chaâbani : «Je meurs d’envie de retrouver la compétition»





La traversée du désert a pris fin pour Moïne Chaâbani. Dix mois d’inactivité n’ont pas altéré son enthousiasme et aujourd’hui, il piaffe d’impatience de retrouver son poste et la compétition officielle. Après une longue période d’inactivité, vous voilà de retour. Comment avez-vous vécu loin des terrains de football, vous qui étiez à un certain moment capitaine et leader de l’équipe espérantiste? Je dois reconnaître que j’ai vécu des moments terribles. La blessure a été suivie de maladie et croyez-moi quand on suit les matches à partir des gradins ou de la télévision, on vibre et on souffre énormément. Cela dit, je reconnais aussi que lorsqu’on est hors du terrain, on apprend aussi beaucoup de leçons sur le plan footballistique. Avec du recul, cette période d’inactivité n’a pas été seulement négative pour moi. Comment s’est effectué votre retour? J’ai dû cravacher très dur, en solitaire, puis sous la conduite du préparateur physique, en salle et sur le terrain. Retrouver ses sensations physiques et mentales après plusieurs mois d’inactivité n’est pas aisé, mais j’ai confiance en l’avenir. Beaucoup de joueurs ont retrouvé leur meilleur niveau même après une année d’absence. Pensez-vous être très proche de la forme optimale? Sachez que j’ai disputé dernièrement pas moins de sept matches en trois semaines. Je suis content du niveau atteint mais pas encore satisfait. Je sais que cela vient progressivement avec la succession des matches. D’ailleurs, je piaffe d’impatience de disputer des rencontres officielles car les entraînements et les matches amicaux ne remplacent pas les sorties officielles. Lors des matches de préparation vous avez été aligné dans l’axe central puis à gauche de la défense. Maintenant que Nwaneri est suspendu et Badra est parti, vous verra-t-on au poste de libéro ce samedi à Sousse? Je jouerai là où l’entraîneur le jugera utile. Cela dit, je ne vous cache pas que c’est dans l’axe central que je m’exprime le mieux. En 2002 vous étiez sur le point de prendre part au Mondial asiatique, puis vous étiez l’une des pièces maîtresses de l’Espérance avant votre maladie de la saison écoulée. Vous devez certainement avoir une folle envie de revenir au premier plan. Je ne vous le fais pas dire. Mon objectif premier consiste en un retour fracassant dans le football national avant de retrouver la sélection. Je n’ai que vingt-cinq ans et je suis convaincu que j’atteindrai progressivement mon meilleur niveau. Mes ambitions n’ont pas de limites. L’Espérance actuelle compte dans ses rangs beaucoup de jeunes joueurs qui ont besoin aussi d’un vrai leader de votre trempe sur le terrain, vous en convenez. Il est vrai que l’équipe est jeune mais elle ne manque nullement de talents. C’est le propre de l’Espérance. Un joueur devient vite un vrai compétiteur malgré son jeune âge. Regardez l’ascension de Kamel Zaïem, Amine Letifi, Larbi Jaber, à titre d’exemple. La rage de vaincre, l’esprit de conquêtes, l’amour des titres coulent dans leur veine. Je n’ai donc rien à leur apprendre sur le plan mental. En football, c’est connu, demeurer dans les sommets est plus difficile que d’y accéder. L’Espérance s’attend-t-elle à une saison très dure après le doublé remporté la saison écoulée? La nouvelle saison sera très difficile pour nous. En tant que champion sortant, le club sera attendu par tous au tournant. Tous les matches seront difficiles à négocier à El Menzah, à Radès ou ailleurs. Il faudra donc être très vigilants. Ce samedi, l'Espérance aura à rencontrer l’Etoile à Sousse dans le cadre de la Coupe de la CAF. Comment se présente ce face-à-face pour vous? S’agissant d’un match à livrer à l’extérieur face à un adversaire robuste, la tâche ne sera pas du tout aisée. L’Espérance ira donc à Sousse prête à souffrir pour ramener un résultat positif car dans cette joute africaine, seul le premier du groupe se qualifie directement à la finale et une victoire à l’extérieur nous fera beaucoup de bien sur les plans mathématique et mental. Propos recueillis par Jamel BELHASSEN


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com