Tunis La quinquagénaire et ses deux clients écopent de six mois de prison





Après avoir commis l’irréparable, elle est venue verser les larmes devant la cour demandant surtout pardon à son mari qui s’est désisté finalement afin de sauver sa famille de l’effritement... Tunis — Le Quotidien On dit qu’à cinquante ans, on devient plus sage et la vie prend, en principe, un autre sens. On est beaucoup plus porté sur la méditation et la prière. Apparemment, c’est pas le cas de la principale protagoniste dans cette affaire. C’est qu’à cinquante ans, elle a défié tout le monde, même son mari, en transformant le foyer conjugal en un nid de débauche. Voulant éviter et épargner sa famille un énorme scandale, le malheureux époux a opté pour la réconciliation espérant ramener sa femme sur le droit chemin. En vain. La quinquagénaire a continué sur sa lancée à recevoir des clients au su et au vu de son mari et de ses quatre enfants. A vrai dire, la bonne dame avait auparavant, goûté une première fois à l’argent facile. C’était tout à fait par hasard. Elle se trouvait en effet, chez une amie qui recevait ce jour là l’un des collègues de travail de son mari. Le bonhomme n’avait pas résisté aux charmes de la quinquagénaire. Dans la foulée, il a demandé à la maîtresse des lieux si elle pouvait intervenir pour lui arranger un rendez-vous galant avec son hôte. En lui promettant d’intenses moments de plaisir en plus de quelques billets de banque, la maîtresse des lieux a réussi à convaincre son amie de tenter cette expérience. Ce fut ainsi le début d’une longue carrière qui allait conduire la quinquagénaire vers la débauche au point de transformer le foyer conjugal en un nid de péché. Les multiples tentatives de son amie pour la ramener dans le droit chemin n’avaient, en effet, rien donné. Alors le malheureux époux n’avait d’autre choix que d’aller informer les agents de l’ordre. Du coup, une enquête a été ouverte. La suspecte avait été mise ensuite sous surveillance. Elle fut justement prise en flagrant délit alors qu’elle recevait deux clients. Embarqués au poste, le trio a reconnu les faits avant d’être inculpé d’acte de débauche, de prostitution et de préparation d’un local pour abriter des activités portant atteinte à la morale publique. Traduits devant la justice le trio, et en particulier la quinquagénaire, avait regretté leur forfait. Ils furent toutefois sauvés par l’époux qui s’est désisté de sa plainte. Après les délibérations, la Cour a condamné les trois accusés à six mois de prison avec sursis. H.M.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com