Vieux port de Tunis : Un navire battant pavillon ukrainien prend feu





Nous sommes le 13 août 2006... L’horloge de la place 7 Novembre affiche 18h45mn. Non loin de là, les passants fréquentant la principale avenue de la capitale peuvent facilement voir la fumée montant ver le ciel. Un navire battant pavillon ukrainien vient de prendre feu. S’agit-il d’un incendie criminel ou tout simplement d'un accident? Une enquête est en cours pour répondre à cette question. En attendant, les agents de la protection civile ont pu maîtriser l’incendie. Seulement, le risque demeure toujours vu l’état dans lequel se trouve le vieux port de Tunis. Tunis - Le Quotidien Le navire en question est visible à partir de la station du métro du TGM. Il suffit, en effet, d’escalader le mur qui sépare la gare du vieux port pour constater les dégâts provoqués par l’incendie du dimanche sur ce navire battant pavillon ukrainien. D’ailleurs, ce n’est pas la première fois que le feu se déclare dans un transporteur de conteneurs. Il y a trois ans, en effet, un premier incendie s’est déclaré dans la salle des machines endommageant partiellement le navire saisi depuis six ans par la marine marchande tunisienne. Et à propos de cette saisie, deux versions nous ont été fournies. La première évoque un chargement de café d’origine israélienne découvert par la douane tunisienne ce qui a nécessité l’ouverture d’une enquête ayant abouti à l’immobilisation du navire. Quant à la deuxième version elle parle de plusieurs dépassements commis par le commandant de bord: cela va du non paiement des frais de débarquement jusqu’au non respect des normes de navigation et le risque que représente le navire sur l’environnement. Néanmoins, l'histoire de ce navire ne peut en aucun cas cacher une autre réalité relative à l’état dans lequel se trouve le vieux port de Tunis ou encore cette zone qui couvre tout le lac sud de la capitale. Les risques d’incendie sont multiples et les foyers dormants du feu constituent réellement un danger pour toute la capitale. A titre d’exemple, les bâtiments dans un état de délabrement total se comptent par dizaines. La paille et l’herbe sèche n’arrangent en rien la situation. Et si on ajoute à tout cela les vieilles usines qui contiennent toujours un arsenal de déchets et autres produits chimiques, l’on peut mesurer la gravité de la situation. Habib MISSAOUI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com