Participation à la FINUL : Paris pose ses conditions





Le Quotidien-Agences La France est prête à participer à la nouvelle Force intérimaire des Nations unies au Liban (Finul) mais exige "au préalable" le déploiement de l'armée libanaise au Liban sud, a affirmé hier à la presse le ministre français des Affaires étrangères, Philippe Douste-Blazy. "La France est prête à participer à la Finul renforcée mais il faut au préalable que l'armée libanaise se déploie au Liban sud", a-t-il déclaré à Beyrouth à l'issue d'un entretien avec son homologue libanais, Fawzi Salloukh. "Il me paraît capital que ce déploiement se fasse le plus vite possible", a-t-il ajouté, précisant que les "dispositions concernant le déploiement des soldats libanais sont de la responsabilité du gouvernement" de Beyrouth. Interrogé sur le sort des armes du Hezbollah libanais, il a indiqué que cette question était du "ressort de l'Etat libanais". Douste-Blazy a rappelé que le mandat de la Finul n'est pas un "mandat d'imposition de la paix mais vise à aider l'armée libanaise à se déployer, à contribuer au retour des déplacés dans leurs foyers et à l'acheminement de l'aide humanitaire" dans les régions bombardées par l'armée israélienne. "Nous estimons indispensable de renforcer la Finul avec des contingents européens, mais également avec des contingents d'autres pays, dont ceux présents aujourd'hui à Beyrouth", a-t-il encore dit. Le ministre faisait référence notamment à la Turquie et à la Malaisie dont les chefs de la diplomatie se trouvent hier dans la capitale libanaise. Le ministre français a, par ailleurs,appelé Israël à lever le blocus total qu'il a imposé au Liban.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com