Le Caire confirme : Pas de rupture avec Israël





Le Quotidien-Agences Le chef de la diplomatie égyptienne, Ahmed Aboul Gheit, a exclu hier que l'Egypte rompe ses relations avec Israël, comme l'opposition ne cesse de le demander depuis le conflit du Liban. "Une telle rupture ne serait pas une politique sage", a affirmé Aboul Gheit selon l'agence Mena, soulignant que "l'Egypte a conclu un accord de paix avec Israël et que c'est un pays qui respecte ses engagements". Il a aussi totalement exclu un gel de cet accord signé en 1979. "Un gel de l'accord de paix avec Israël, réclamé par certains, signifierait une déclaration de guerre", a-t-il dit. Aboul Gheit a également justifié le refus du gouvernement égyptien de rappeler son ambassadeur en Israël après le début des bombardements israéliens au Liban, le 12 juillet. "Si le rappel de l'ambassadeur égyptien en Israël aurait pu avoir pour conséquence un arrêt de la guerre et de la destruction du Liban nous aurions entrepris cette démarche, mais ce n'était pas le cas", a-t-il affirmé. Il a indiqué avoir prévenu son homologue israélienne, Tzipi Livni "des conséquences graves" de l'intervention israélienne, mais que celle-ci, ainsi que l'équipe au pouvoir en Israël, n'en avait pas tenu compte. Critiquant Israël, il a estimé que l'état hébreu "n'a pu atteindre ses objectifs, c'est-à-dire la destruction de l'infrastructure du Hezbollah et la récupération de ses deux soldats", enlevés par la formation libanaise. Evoquant la "bravoure" du Hezbollah, il a estimé que "la communauté internationale devrait contraindre Israël à verser des indemnités au Liban", pour les destructions causées par son intervention. "Ceux qui ont cru que l'Egypte allait se diriger vers un affrontement militaire ou se livrer à des surenchères pernicieuses pour la société égyptienne et la région se trompent", a-t-il dit par ailleurs au quotidien Nahdet Masr.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com