Washington rejette vigoureusement un retrait accéléré d’Irak





Le Quotidien-Agences Le président George W. Bush a vigoureusement refusé un retrait accéléré des troupes américaines d'Irak que réclame l'opposition démocrate, en brandissant la menace de voir émerger un "Etat terroriste" doté d'immenses réserves de pétrole. Ceux qui veulent un tel retrait "ont tort", a déclaré Bush dans un discours au ton très dur, prononcé devant des partisans à Lancaster (Pennsylvanie, est). "Partir avant d'avoir achevé notre mission créerait un Etat terroriste au cœur du Moyen-Orient, un pays disposant d'immenses réserves pétrolières dont le réseau terroriste voudrait se servir pour faire souffrir économiquement ceux d'entre nous qui croient en la liberté", a-t-il dit. La guerre en Irak est l'un des thèmes majeurs des élections parlementaires du 7 novembre. L'opposition démocrate réclame le début de retrait que demande l'opinion publique selon les sondages. Le Parti républicain, inquiet pour sa majorité au Congrès, et le gouvernement s'emploient à convaincre les Américains que l'Irak est l'un des fronts d'une "guerre globale contre le terrorisme". Comme en 2002 et en 2004, ils espèrent que les électeurs leur feront davantage confiance pour assurer leur sécurité. "Maintenant, le front central de la guerre contre le terrorisme, c'est l'Irak", a dit Bush lors de cette réunion de collecte de fonds pour un candidat au poste de gouverneur de l'Etat, Lynn Swann. Un retrait prématuré "serait une défaite pour les Etats-Unis sur un champ de bataille capital dans la guerre globale contre le terrorisme", a dit Bush, ne parlant plus de retrait conditionné par l'avis des commandants militaires, comme par le passé, un tel retrait nuirait à la "crédibilité" américaine, a-t-il assuré: "Qui voudrait être au côté des Etats-Unis si nous n'achevions pas notre mission ?" "Il est important de comprendre que ceci est une guerre globale contre le terrorisme, et non pas une opération isolée de maintien de l'ordre. Ceci est la première guerre du 21e siècle et les Etats-Unis doivent assurer la conduite de cette guerre", a-t-il insisté.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com