Meurtre de la fille à la Cité Helal Le père des deux adolescentes passe aux aveux





Le meurtre de la jeune fille qui a eu lieu samedi dernier à Mellassine a connu, depuis, plusieurs rebondissements. Après avoir cru un moment que les meurtrières sont deux filles, finalement leur père est passé aux aveux reconnaissant avoir achevé la victime à l’aide d’un tesson de bouteille. «Le Quotidien» s’est déplacé sur les lieux et a collecté des détails sur une nuit sanglante qui marquera sans doute, et pour longtemps, la Cité Helal… Tunis-Le Quotidien Il faut dire que les nouvelles de ce meurtre circulent dans tout Tunis. Déjà, à bord du taxi qui devait nous transporter à la Cité Helal, le conducteur n’a pu s’empêcher dès qu’il a su que nous sommes des journalistes de nous transmettre quelques informations, non fondées certes, mais qui montrent combien ce crime a affecté l’opinion publique. Il va sans dire que commettre un meurtre à seize ans est un fait nouveau, voire rarissime dans notre société. Seulement ce que le chauffeur de taxi ignore c’est que l’affaire a connu durant ces deux derniers jours plusieurs rebondissements. Mieux encore, les agents de la police judiciaire d’Ezzahrouni, connus beaucoup plus par le chiffre 17, ont réussi dans la nuit de mardi à mercredi à élucider le mystère qui réside derrière cette affaire. On sait, désormais, que le meurtrier est le père et non pas ses deux filles comme on avait avancé auparavant. Reste à savoir les circonstances dans lesquelles ce drame s’est produit. Il faisait un peu moins de dix-sept heures ce samedi 12 août 2006. La rue numéro 3061 située à quelques mètres de l’école primaire de la Cité Helal, commence à bouger. Après la sieste, les enfants ont envahi la ruelle et on entendait même le bruit des moteurs de voitures immatriculées en majorité à l’étranger. Subitement, les cris d’une femme ont traversé la rue. Tout un chacun pouvait déduire facilement qu’un malheur s’est produit. L’odeur de la mort n’était pas loin… Un meurtre vient, en effet, de se produire. La victime est une jeune fille âgée de vingt-deux ans. Elle venait de recevoir deux coups mortels assénés à l’aide des restes de deux bouteilles de bière. Mais qui est l’auteur de ces deux coups. Au départ, tout le monde ici avait cru que deux frangines seize et dix-neuf ans étaient les meurtrières. Même qu’on avait avancé une première thèse qui dit que les deux adolescentes étaient en train de se disputer lorsqu’elles furent appréhendées par leur voisine qui s’est interposée pour les séparer. Selon cette même version, les deux sœurs n’ont pas tardé à oublier leur querelle pour s’occuper de leur voisine qui, sous l’effet des coups , a demandé l’aide à sa fille. Cette dernière qui s’est pressée pour prêter main forte à sa mère, a reçu dans la mêlée un coup à l’aide d’un tesson. Elle succomba à ses blessures deux jours plus tard dans un hôpital de la place. Une enquête a été, alors, ouverte et dans la foulée, plusieurs personnes ont été arrêtées. Il s’agit des deux suspectes et de leur père ainsi que leur mère. A partir de ce moment, les événements allaient connaître une autre tournure. Les interrogatoires des différents suspects donneront, en effet, lieu à des aveux complets et à une autre version des faits. Il s’est avéré alors que l’une des deux filles était en liaison avec le frère de la victime qui avait également un faible pour sa sœur aînée. L’amant de la petite sœur passa à l’acte samedi dernier et aborda ouvertement la deuxième frangine. Cela coïncide avec une beuverie organisée par le père des deux filles qui apprit les intentions du jeune homme. Sous l’effet de l’alcool, le père touché dans son honneur a décidé de mettre fin à cette humiliation. Alors, à l’aide des restes de deux bouteilles de bière, il est allé se venger et laver son honneur. Il tomba, ainsi, nez-à-nez avec la sœur de son rival à qui il asséna deux coups au niveau du cou. La victime succomba deux jours plus tard à l’hôpital. L’enquête close, le père et ses deux filles ont été entendus hier par un juge d’instruction qui devrait, en principe, retenir à leur encontre, le chef d’inculpation suivant: violence aggravée ayant donné lieu à un meurtre et participation. H.M.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com