Du côté portugais : Si près du rêve…





Il s'en est "fallu de peu" mais le rêve s'est brisé, encore une fois contre la France, encore une fois sur un penalty de Zidane, estimait avec amertume la presse portugaise, tout en rendant hommage à son équipe battue mercredi en demi-finale. "Le Portugal ne vous oubliera pas", titre en Une le quotidien sportif A Bola à l'adresse des joueurs. "Le Portugal a perdu un match qu'il était en mesure de gagner", poursuit le quotidien qui souligne que l'équipe "s'est battue si bien et si dignement que pendant longtemps le coq français n'a pas osé passer sa crête hors du poulailler". "La seconde mi-temps française devrait faire rougir de honte le plus nationaliste des Gaulois, à la vue d'une équipe qui a renoncé de cette façon au jeu et s'est laissée dominer par le petit Portugal", insiste le quotidien. "Il s'en est fallu de peu", titre pour sa part en Une l'autre quotidien sportif, Record, qui estime que "le Portugal a fait le meilleur match du mondial". "Le Portugal a perdu de la façon la plus amère qui soit. Les pupilles de Scolari ont fait le match le plus abouti de ce Mondial mais n'ont pas reçu le prix mérité", assure Record. "C'était un rêve" titre en Une le Jornal de Noticias, "Le rêve est fini" répond en écho Correio da manha. * "Triste comme un fado" "Le Portugal méritait davantage", titre en pages intérieures le Jornal de Noticias ajoutant que "le coeur énorme des Portugais n'a pas suffi contre la froideur implacable des Français", et invoquant le "manque de chance". "Un penalty, encore une fois", titre en Une le quotidien de référence, Publico, faisant référence à la précédente confrontation entre les deux équipes en demi-finale de l'Euro-2000, où le Portugal avait déjà été sorti (2-1 au but en or) par les Bleus sur un penalty de Zidane. "De nouveau la France, encore la France, une nouvelle fois la France", se lamente Publico. "Bravo Portugal", titre lui Diario de Noticias. "Le match s'est décidé sur un détail", affirme-t-il, allusion au penalty qui a sonné la défaite de la sélection, tout en rendant hommage à la "maturité" de l'équipe de France et à ses "vieux renards". "Nous avons tous perdu debout" affirme également le quotidien qui comme l'ensemble de la presse rend hommage à l'esprit sportif des supporteurs portugais qui n'ont pas à rougir de leur équipe et qui ont noyé leur tristesse dans les larmes et dans la dignité. "Avec ces Français nous perdons toujours sur un penalty. C'est triste comme un fado", affirme Diario de Noticias citant un fan inconsolable.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com