Selon des experts : Al-Qaïda plus résistante qu’on ne le pensait





Le Quotidien-Agences Les chefs d'Al-Qaïda, bien que traqués, semblent avoir conservé davantage de capacité d'action et de direction du réseau qu'on ne le pensait, estiment des experts. Après la perte de leur sanctuaire afghan, avec l'offensive américaine de l'automne 2001, Oussama ben Laden, l'Egyptien Ayman al-Dhawahiri et leurs principaux adjoints sont devenus les hommes les plus recherchés du monde. Dans les milieux du renseignement occidental, l'idée s'est imposée au fil des mois que les nécessités de la clandestinité et les impératifs de leur cavale leur avaient imposé de couper au maximum les liens avec leurs affidés, devenant peu à peu des sortes d'autorités morales influençant leurs fidèles plus que les dirigeants. Le chercheur français Dominique Thomas, spécialiste des réseaux islamistes et auteur des "Hommes d'Al-Qaïda", estime que l'organisation a pris "une nouvelle forme de configuration, avec une forte présence sur internet, les indéboulonnables comme Ben Laden et al-Dhawahiri et quelques responsables qui gravitent autour. Un petit clan, pour la plupart aguerris en Afghanistan, qui a réussi à reconstituer un noyau actif d'Al-Qaïda. Ils font revivre la machine". Des éléments concrets confirment cette analyse : au cours du seul mois écoulé, Ben Laden et al-Dhawahiri se sont exprimés à six reprises, via des enregistrements audio ou vidéo, diffusés sur les chaînes satellitaires arabes ou mis en ligne directement sur internet. Si leurs discours reprennent les traditionnelles récriminations envers "l'Occident croisé", elles évoquent aussi des lieux précis, comme la Somalie ou l'Afghanistan, pouvant constituer autant de messages et de consignes passées aux forces islamistes sur ces terrains.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com