L’offensive de Gaza : Interminable





Israël poursuivait hier son offensive dans la Bande de Gaza, procédant à de nouvelles frappes aériennes pour tenter de stopper des tirs de roquettes tout en refusant de libérer des détenus palestiniens en échange de son soldat capturé. Le Quotidien-Agences Deux activistes palestiniens ont été tués hier dans un raid aérien contre leur voiture dans le sud de la Bande de Gaza, selon des sources médicales. Les deux hommes sont des membres des Brigades al-Qods, la branche armée du mouvement Jihad islamique. L'attaque, confirmée par l'armée israélienne, s'est produite dans le village d'Abassan théâtre d'affontements quasi-quotidiens entre forces israéliennes et combattants palestiniens. Plus tôt, un activiste palestinien a été tué et cinq personnes ont été blessées dans deux raids aériens à Gaza. Quarante-quatre Palestiniens et un soldat israélien ont été tués depuis l'élargissement la semaine dernière de l'offensive israélienne lancée le 27 juin dans la Bande de Gaza. Un bébé de 15 mois, atteint le 21 juin lors d'un raid aérien au sud de Gaza, est décédé des suites de ses blessures. "Nous n'avons pas fixé de durée particulière pour cette opération. Elle va se poursuivre en lieu et en temps (nécessaires) et avec divers moyens", a déclaré à la presse le Premier ministre israélien Ehud Olmert. Il a prétendu que "l'objectif principal de l'opération militaire est de faire libérer le soldat enlevé, le caporal Gilad Shalit (...) et de faire cesser les tirs de roquettes Qassam contre la population civile israélienne". Gilad Shalit, 19 ans, a été capturé le 25 juin lors d'une attaque d'un commando contre un poste militaire en Israël, revendiquée par trois groupes armés palestiniens, dont les Brigades Ezzedine al-Qassam, la branche armée du Hamas au pouvoir. Olmert a promis que l'offensive prendrait fin "quand les tirs de Qassam cesseront de même que les attaques contre des civils". Interrogé à propos de Mechaâl, Olmert a répondu: "C'est un terroriste qui a du sang sur les mains et ce n'est pas un partenaire légitime. Je ne négocierai pas avec le Hamas, je ne négocie pas avec le Hamas et n'ai jamais négocié avec le Hamas", rappelant que le mouvement islamiste à la tête du gouvernement palestinien prône la destruction d'Israël. "Je ne relâcherai pas de prisonniers en échange de la libération par le Hamas du caporal Shalit. Céder aux demandes du Hamas signifierait qu'il n'y a plus de place pour les éléments modérés" palestiniens, a-t-il encore dit. Le président palestinien Mahmoud Abbas a ordonné l'envoi de deux émissaires à Damas pour des entretiens avec Mechaâl, dans une tentative de régler l'affaire du soldat enlevé. Israël accuse en effet Mechaâl d'être le cerveau de l'enlèvement de son soldat et de détenir la clef de la solution.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com