Mechaâl : «Shalit est un prisonnier de guerre»





Damas-Agences Le dirigeant en exil en Syrie du groupe palestinien Hamas, Khaled Mechaal, a conditionné hier la libération du soldat israélien enlevé à celle de détenus palestiniens mais affirmé que sa vie serait préservée, écartant ainsi toute solution immédiate à la crise. Mechaâl, le chef du bureau politique du Hamas accusé par Israël d'entraver les efforts diplomatiques pour obtenir la libération du soldat et d'être le "cerveau" de ce rapt, s'exprimait lors d'une conférence de presse à Damas où il réside. "Nous considérons le soldat comme un prisonnier de guerre et nos valeurs nous dictent de préserver sa vie", a-t-il dit, en allusion à l'attaque armée palestinienne meurtrière le 25 juin contre des militaires à la frontière entre Israël et la Bande de Gaza, au cours de laquelle le soldat a été capturé. Le soldat a été "fait prisonnier dans une opération militaire qui a visé des militaires israéliens et non des civils. Les lois de la guerre doivent s'appliquer, et c'est donc pour cela que nous réclamons un échange de prisonniers", a-t-il ajouté. "Nous sommes fiers de cette opération militaire qui a concrétisé la volonté palestinienne de poursuivre la lutte", a poursuivi Mechaâl, dont le mouvement prône la poursuite de la lutte armée contre Israël dont il refuse de reconnaître l'existence. "Il n'y aura pas de solution à la crise sans un échange" de prisonniers entre Israël et les Palestiniens, a-t-il dit. "Cette position fait l'unanimité chez les Palestiniens". Citant les médiations de l'Egypte, du Qatar, de la Turquie et de certains pays européens, il a indiqué que tous ces bons offices "se sont heurtés à l'obstination israélienne".


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com