Rabat : Les Européens prônent une immigration africaine contrôlée





Le Quotidien-Agences La France et l'Espagne ont appelé hier à Rabat à la définition concertée avec l'Afrique d'un "modèle d'immigration contrôlée" vers l'Europe et "mutuellement profitable", à l'ouverture d'une conférence euro-africaine sur les défis de l'immigration clandestine. Les représentants européens à cette conférence à laquelle participent 57 pays - 30 européens et 27 africains - ont insisté sur la nécessité de lutter contre les filières mafieuses qui contrôlent l'immigration illégale entre l'Afrique de l'ouest et centrale, et l'Europe. "Tout doit être fait, par chacun d'entre nous, pour éviter les drames humains qui jalonnent le parcours de l'immigration illégale", a insisté le chef de la diplomatie française, Philippe Douste-Blazy. Le président français Jacques Chirac a appelé les participants, dans un message écrit, à unir leurs efforts contre l'immigration clandestine "dans le respect de la dignité humaine mais avec fermeté" "Il y va de l'intérêt même des hommes et des femmes qui se risquent à venir" en Europe, de l'intérêt des Africains y séjournant légalement et de celui des Européens inquiets devant la mondialisation, a-t-il ajouté. Son ministre de l'Intérieur, Nicolas Sarkozy, a rappelé le vœux de Paris de relancer une politique d'immigration du travail "organisée, régulée, maîtrisée dans le cadre d'une concertation d'Etat et Etat". D'accord, mais à condition que cette immigration légale "ne fraye pas le chemin à une fuite catastrophique des cerveaux", a mis en garde le ministre sénégalais des Affaires étrangères, Cheick Tidiane Gadio, se faisant l'écho des vives inquiétudes exprimées par l'Union africaine. Sur la même ligne que Paris, le chef de la diplomatie espagnole, Miguel Angel Moratinos a prôné la définition commune d'un "modèle d'émigration équilibrée, dans l'intérêt de tous". Il a souligné l'intérêt partagé d'une Europe qui ne peut se "laisser déborder" et de l'Afrique, qui "ne souhaite pas la fuite de ses élites". La Conférence de Rabat doit déboucher aujourd’hui sur l'adoption d'une déclaration politique et d'un Plan d'action conjuguant pour la première fois des mesures de contrôle des "routes de l'immigration" clandestine, de développement et co-développement, et d'organisation de l'immigration légale.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com