STIA : Une privatisation au «goutte à goutte»





Tunis-Le Quotidien Initialement prévue pour le 31 juillet courant, la date limite de la participation dans l’appel d’offres de la cession des parts de l’Etat dans le capital de la Société Tunisienne de l’Industrie Automobile (STIA), a été finalement reportée au 16 septembre prochain. La direction de la privatisation n’a pas donné des détails sur le report de cet appel d’offres, mais il semble que certains investisseurs intéressés par ce projet l’ont exigé. La cession des parts de l’Etat dans le capital de la STIA qui devrait être achevée vers la fin de 2007, permettrait à la société d’améliorer sa situation financière et de renforcer ses fonds propres, pour être plus compétitive. Depuis sa création en 1961, la STIA a connu, en effet, une évolution variée, caractérisée par une diversification de son activité liée aux contraintes du marché et aux changements intervenus dans le cadre juridique et réglementaire au commerce extérieur de la Tunisie. L’activité de la société est passée par trois principales phases, en l’occurrence, l’assemblage à partir de collections CKD importés, la peinture et le garnissage intérieur, la production de deux types de carrosseries pour les autocars de luxe. La STIA compte parmi sa clientèle, en matière d’autobus-autocars, les grandes sociétés nationales de transport, à savoir la SNT, la SNTRI ainsi que les sociétés privées TUT et TCV. Outre cette activité de carrossage, la société opère depuis 1967, dans le montage des véhicules industriels. Cette activité a connu une croissance continue et a contribué à la standardisation du parc national de camions. Dans ce cadre, la STIA a signé en juin 1991 des contrats sur cinq ans avec les constructeurs étrangers IVECO, RVI et SCANIA. En 2002, elle a signé une convention avec le constructeur «Mercedes». La STIA s'est engagée depuis 1998 dans la mise en œuvre de son plan de mise à niveau qui vise à faire évoluer son activité vers des standards européens en matière de qualité, de productivité et de coût, lui permettant de se positionner sur le marché local et étranger. C’est ainsi qu’elle a obtenu en juillet 2000 la certification ISO 9002, qui représente une condition nécessaire pour se mettre au diapason de la mondialisation et répondre aux attentes et exigences de la clientèle. Dans sa stratégie de développement, la STIA s’est fixé les objectifs d’améliorer la qualité du produit et du service offert au client, d’élargir sa gamme d’autobus et d’autocars en développant de nouveaux produits pour répondre aux différents besoins et exigences des clients. Cette stratégie vise également à élaborer un système de mise en œuvre d’actions correctives pour l’analyse des réclamations clients, en collaboration avec tous les services concernés, ainsi qu’à instaurer un système d’évaluation de la satisfaction clients. Cette stratégie de développement devrait être renforcée après la finalisation du projet de privatisation de la société. M.Z.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com