Amr Moussa : «Le processus de paix est mort»





• «L’affaire sera renvoyée devant l’ONU... en septembre prochain» ! Le secrétaire général de la Ligue arabe, Amr Moussa, a déclaré hier que le processus de paix au P.O. était mort, notant que la Ligue a réclamé un recours au Conseil de sécurité et que l'affaire sera mise à l’étude probablement en septembre prochain. Le Quotidien-Agences "Le processus de paix au Proche-Orient est mort", a déclaré Moussa à l'issue d'une réunion d'urgence des ministres arabes des Affaires étrangères au Caire. "Tous les mécanismes, y compris le Quartette (Etats-Unis, ONU, Union européenne, Russie), ont failli, contribuant à enterrer le processus de paix", a-t-il déclaré. "Le seul moyen de le faire revivre est de le renvoyer devant le Conseil de sécurité" des Nations unies, a-t-il ajouté, notant que ceci se fera probablement en septembre prochain. Les ministres arabes des Affaires étrangères ont examiné hier les mesures à prendre pour tenter de mettre un terme à l'escalade au Proche-Orient, à la suite d'une offensive israélienne dans les Territoires palestiniens et au Liban. «Il s’agit d’une situation extrêmement grave et cela va de mal en pis», a déclaré hier un responsable de la Ligue arabe avant le début de la réunion à huis clos. Les 22 ministres ont dû réclamer l’arrêt des attaques israéliennes et un règlement pacifique des conflits entre Israël et le Hamas, dans la Bande de Gaza, ainsi qu’entre Israël et le Hezbollah, au Liban, dit-on de source diplomatique. Ils ont étudié également une proposition de Beyrouth présentée par le ministre libanais des Affaires étrangères, Faouzi Salloukh. «La situation générale peut être résumée comme une attaque évidente contre chacun de nos pays et contre la sécurité régionale arabe», a dit ce dernier à ses homologues, selon un texte de son intervention distribué à la presse. Mais, Syrie mise à part, les principaux gouvernements arabes n’apporteront pas leur soutien inconditionnel au Hamas ni au Hezbollah, ajoute-t-on de même source. Dès jeudi, sans citer le Hezbollah mais l’allusion est suffisamment claire, l’Arabie Saoudite a condamné «l’aventurisme de certains éléments». Dans un communiqué aux termes inhabituels diffusé par l’agence officielle de presse SPA, Ryad estime qu’«une distinction doit être établie entre la résistance légitime et les aventures irréfléchies entreprises par des éléments internes (au Liban) et ceux qui sont derrière eux, sans recourir aux autorités légales ni consulter ou chercher à se coordonner avec les nations arabes».


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com