Découverte d’un nid de débauche, géré par trois femmes divorcées





Tunis-Le Quotidien Une femme divorcée est-elle forcément une proie facile ? C’est du moins ce que révèle cette affaire dont les accusées sont trois femmes divorcées qui se sont réunies pour fonder un nid de débauche. Le divorce, quoique banni par toutes les lois et les législations, demeure la seule issue pour les couples dont la vie conjugale devenait impossible. Il va également sans dire que le statut d’une femme divorcée est très difficile à gérer. Car l’on a toujours affaire à ce regard «méprisant» de certains à l’égard d’une femme dont le seul tort est d’avoir choisi de vivre libre au lieu de subir tantôt l’humiliation, tantôt l’arrogance de son conjoint... Néanmoins... Ce même avis a toutes les chances de devenir crédible et même légitime lorsque quelques-unes de ces femmes dérapent... En témoigne le cas de ce trio composé de trois jeunes femmes divorcées qui se sont trouvées impliquées dans une affaire de mœurs. Tout a commencé en effet, lorsque les agents de police relevant d’un commissariat de la banlieue sud de la capitale ont eu vent d’une activité douteuse à laquelle étaient mêlées trois femmes qui ont transformé la maison de l’une d’entre elles en un nid de débauche. Mis sous surveillance, le local en question a fait l’objet d’une descente des agents de police qui ont pris en flagrant délit le trio en question et cinq hommes. Embarqués au poste... les accusés ont été interrogés un à un. L’on a découvert alors que les trois femmes s’étaient rencontrées dans un salon de coiffure. Etant toutes divorcées, le courant est passé rapidement entre elles au point qu’elles s’étaient mise à se rendre visite et même à sortir ensemble. Dans la foulée, on a compris que l’une d’entre elles recevait chez elle un monsieur dont elle ne s’était pas gênée pour faire comprendre à ses deux amies qu’il s’agissaient d’un amant qui l’entretenait. D’ailleurs, elle n’a pas hésité à leur conseiller d’en faire de même. Au passage, elle a laissé entendre auprès de ses deux amies qu’elle pouvait s’arranger pour leur trouver deux amants dignes de ce nom. Et voilà que les trois femmes avaient commencé à recevoir leurs amants... Peu à peu, la liste des hommes qui fréquentent les lieux s’était élargie au point d’éveiller les soupçons des voisins... Ces derniers ont fini par informer les auxiliaires de la justice. Inculpés de préparation d’un local, pour abriter des activités ayant trait à la débauche et de prostitution, les huit accusés ont été écroués en attendant d’être traduits devant la justice. H.M.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com