Les jeunes et les bonnes manières : Dialogue sans fard sur une denrée rare





Nombre de parents inculquent le respect des autres et les bonnes manières à leurs progéniture, et ce, dès la petite enfance, pour en faire des enfants modèles. Ces derniers maintiennent une ligne de conduite presque irréprochable. Or à bien observer le comportement des jeunes gens, l’on remarque qu’une bonne partie d’entre eux se montrent parfois grossiers et indélicats. Qu’en pensent justement les jeunes ? Et comment expliquent-ils ce genre de comportement ? Tunis — Le Quotidien Lorsqu’on naît dans un environnement sain et équilibré, on a de fortes chances de devenir entreprenant et délicat. Dès la petite enfance, les géniteurs apprennent à leurs petits comment bien traiter les personnes âgées, les personnes faibles ou démunies. Si l’enfant ouvre les yeux sur un père qui respecte sa femme, qui ne dit pas de mots grossiers et qui se montre bienveillant, il a de fortes chances de devenir à son tour un jeune homme galant, gentleman et délicat. Si la petite fille voit sa mère respecter les autres, si elle remarque qu’elle est bienveillante envers ses grands parents, qu’elle ne médit jamais des autres, elle a aussi de fortes chances d’être plus tard une jeune fille délicate et entreprenante. Nombre de jeunes, lorsqu’ils sont à bord de l’un des moyens de transport en commun cèdent leurs sièges aux vieilles personnes et aux femmes avec le sourire. Ils font preuve d’élégance et de délicatesse. Cette catégorie de jeunes personnes connaissent les bonnes manières et sauront réussir leurs relations et gagner le respect d’autrui. D’autres en revanche, naissent dans un milieu moins sain. S’ils ouvrent l’œil sur des parents qui ne se respectent pas, entre lesquels il y a toujours des tirs croisés et qui tiennent des propos grossiers et des manières indélicates, l’enfant risque fort d’être à son tour impoli et discourtois. Certains jeunes hommes pensent qu’en agissant ainsi ils seront considérés virils et rebelles qui se démarquent des autres et du coup, ils pensent à tort qu’ils seront respectés. Les jeunes filles à leur tour, pensent qu’elles auront plus de popularité en jouant aux dures. Qu’en pensent justement les jeunes ? Ahmed, étudiant de 23 ans, a l’air d’être un garçon poli et affable. Le jeune homme confirme l’être et pense d’ailleurs que ce sont ces caractéristiques qui font la différence entre une personne bien élevée et éclairée et une autre qui n’est pas du tout civilisée. «Les personnes instruites sont redevables de faire preuve de politesse. Malheureusement bon nombre de jeunes pensent qu’en agissant de manière fruste ils seront mieux considérés par les autres. Ils ont totalement tort. Car même s’ils auront l’impression de gagner la sympathie de certains, ce sont à leur tour des personnes irrespectueuses. A priori, nous sommes des arabo-musulmans. Et nous devons marcher sur les pas de notre Prophète Mohamed. Selon notre «sunna», notre Prophète était extrêmement fin, poli, affable, courtois et entreprenant. Il ne haussait jamais le ton, ne prononçait jamais de mots grossiers et était le symbole même des bonnes manières. Il va sans dire que cela n’a jamais remis en question sa virilité et sa bravoure. Celui qui prétend être arabo-musulman et fier de l’être doit suivre ces caractéristiques. C’est lorsqu’on ne tombe pas dans la médiocrité que l’on peut confirmer être exceptionnellement original. De nos jours, c’est la norme qui se fait de plus en plu rare. Cela dit, je tiens à être poli, à ne jamais m’emporter et agir avec maladresse. Même pour aborder une fille, je tiens toujours des propos raisonnables et courtois et c’est pour moi la seule manière de gagner sa sympathie ou du moins son respect», dit-il. Hamdi, 21 ans, stagiaire, ne partage pas la même vision des choses. Jusqu’à un certain âge, le jeune était poli et courtois, mais il dit avoir été «obligé» de changer de comportement. «J’ai fais en sorte à ce que je sois affable et bienveillant avec les autres. On m’appris pour un lâche et un couard. Et tout le monde m’a marché sur les pieds. D’ailleurs même les filles me considéraient comme quelqu’un qui manque de... virilité. Petit à petit, je me suis transformé en un macho et il faut croire que cela a tout drôlement renversé la situation en ma faveur. Nous vivons malheureusement dans une époque où seules les «grandes gueules» ont plus de chances de parvenir à leurs fins et de gagner le respect des autres. Les filles aiment les garçons qui ont du caractère et qui n’ont pas froid aux yeux et je pense être sur la bonne voie. Lorsque je drague une fille, même si je lui balance quelques mots très flatteurs et qui riment, elle se met à rire donc, cela marche!», dit-il l’air sûr de lui... Rabii, 22 ans, également stagiaire, essaye toujours de régler son comportement selon son vis-à-vis. «Je ne peux pas faire preuve d’une extrême politesse si j’ai affaire à des... mufles ! Ils vont prendre ma politesse pour de la faiblesse. Ceci est d’autant plus vrai avec les filles. Lorsqu’une fille est discourtoise, elle ne va pas comprendre le langage de la courtoisie. Certes, je n’irai pas jusqu’à utiliser mes muscles ou encore prononcer des mots injurieux mais je régule mon comportement selon la nature de l’autre. Toutefois, je fais preuve d’une grande politesse lorsqu’il s’agit de vieilles personnes», dit-il. Afef, 23 ans, étudiante, trouve que la majorité des jeunes manquent de bonnes manières. La jeune fille est d’ailleurs dépitée d’entendre des remarques déplacées à longueur de journée. «Je me demande si certains ont été élevés au sein d’une famille ou dans une... porcherie ! Je suis tout le temps déçue par le comportement macho et grossier de la majorité des garçons. D’ailleurs je me demande bien comment ils comptent gagner la sympathie d’une fille en agissant ainsi. Cela dit, ce ne sont pas seulement les garçons qui manquent de délicatesse. J’ai l’impression que c’est un phénomène contagieux. Rares sont ceux et celles qui savent parler, agir avec courtoisie et politesse... Il se peut que cela soit totalement dû à la démission parentale et à leur absence de contrôle», dit-elle. Abir CHEMLI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com