Visant à modifier le rapport de force régional : L’offensive d’Israël au Liban est prévue depuis longtemps





Les plans de l'opération que mène actuellement Israël au Liban étaient dans les cartons de l'état-major depuis longtemps et visent à modifier le rapport de force régional, indique-t-on de source militaire. Le Quotidien-Agences En tentant de réduire à néant le stock de missiles du Hezbollah, Israël ne souhaite pas seulement protéger le nord de son territoire. Il veut aussi affaiblir l'Iran, qui utilise le Hezbollah par procuration dans sa confrontation avec l'Etat juif. L'offensive d’Israël se veut aussi un message envoyé à la Syrie, autre soutien du groupe chiite, et au Hamas, les islamistes au pouvoir en Palestine. "Cette campagne est basée sur des préparations que nous avons réalisées, sur des renseignements que nous avons recueillis, au fil des ans", a expliqué un porte-parole de l'armée israélienne, Olivier Rafowicz. "Israël doit conserver son pouvoir de dissuasion et montrer aux nations qui nous menacent qu'il y a un seuil à ne pas franchir", a-t-il ajouté. "Nous espérons que l'Iran et la Syrie ont maintenant compris que leur parrainage (du Hezbollah) ne peut simplement plus être accepté". * Conséquence Un responsable de la défense israélienne a souligné que l'offensive israélienne était la conséquence de la peur suscitée par le programme nucléaire iranien et la crainte d'un conflit prolongé avec les Palestiniens. "Avec la bénédiction de l'Iran, le Hezbollah et le Hamas cherchent à établir un équilibre de la terreur - des roquettes Katioucha au nord, Kassam au sud", a-t-il expliqué, faisant référence aux types d'armes utilisés par les deux groupes arabes. Pendant longtemps, Israël s'est reposé sur son statut de principale puissance militaire de la région. Il est le seul pays au Proche-Orient à posséder un arsenal nucléaire. Mais les armes de la guérilla du Hamas et du Hezbollah ne sont cependant pas faciles à combattre avec une armée conventionnelle. Alors que la communauté internationale s'inquiète de la montée des tensions dans la région, Israël a publiquement insisté sur le fait que son offensive ne visait que les combattants du Hezbollah. "Nous nous défendons après avoir été attaqués", a dit le vice premier ministre Shimon Peres au micro de la radio militaire israélienne. "Il est important de souligner que c'est de la légitime défense." __________________________ Témoignant de son impuissance L’UE appelle ceux qui ont de l’influence à résoudre la crise Al Qods occupée-Agences Le Haut représentant de l'UE pour la politique extérieure Javier Solana a appelé mercredi lors d'une visite en Israël à mettre fin au conflit qui oppose Israël et le mouvement chiîte Hezbollah. "Ceux qui ont de l'influence pour aider à résoudre ce problème doivent le faire rapidement, immédiatement, maintenant. Chaque jour compte", a dit Solana lors d'une conférence de presse commune avec la ministre israélienne des Affaires étrangères, Tzipi Livni. L'Union européenne "poursuivra ses efforts pour faire cesser le bain de sang au Liban. Le plus tôt sera le mieux", a-t-il ajouté, en condamnant l'enlèvement de deux soldats le 12 juillet par le Hezbollah. Livni a de son côté affirmé qu'Israël mettait en œuvre des efforts diplomatiques parallèlement à l'offensive armée au Liban, qui a fait 310 morts, dont 280 civils et 23 soldats libanais. La ministre n'a pas donné de précisions sur ces efforts diplomatiques.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com