Sud Liban L’idée d’une force de l’Otan fait son chemin





Washington-Agences L'idée de déployer une force de paix de l'Otan dans le Sud du Liban commence à faire son chemin dans les capitales concernées par le conflit au Proche-Orient, avec des déclarations favorables à ce sujet émises dimanche par les Etats-Unis et Israël. "Nous étudions la possibilité d'une force multinationale, peut-être autorisée par le Conseil de sécurité, mais pas une force de Casques bleus", a déclaré sur CNN, l'ambassadeur américain auprès de l'Onu, John Bolton. Une force de l'Otan "est une nouvelle idée" et "nous allons la prendre très au sérieux", a-t-il ajouté. Ce week-end, le quotidien Washington Post, citant des responsables anonymes, indiquait que les premières planifications portaient sur une force de 10.000 à 20.000 hommes. Elle pourrait être dirigée par un contingent français ou turc et elle ne comprendrait pas de troupes américaines, au motif que les Etats-Unis sont déjà trop impliqués en Irak et en Afghanistan, ajoutait le journal. Samedi, la ministre française de la Défense, Michèle Alliot-Marie, a annoncé que la France participerait, sous conditions, à une force internationale de paix au Liban. "Le président (Jacques) Chirac déciderait vraisemblablement d'une participation de la France à une force internationale qui serait mise en place pour garantir l'arrêt des combats et la stabilité (...), sous réserve que ce soit dans le cadre d'un accord et qu'un certain nombre de conditions garantissant son efficacité soient remplies", a déclaré la ministre. "Tous les pays de bonne volonté et qui souhaiteraient une stabilisation (au Liban) seraient prêts aussi à examiner les conditions de leur participation", a-t-elle assuré. Pour le Premier ministre libanais, Fouad Siniora, une future force internationale devrait agir dans le cadre des Nations unies. "Si cela doit être envisagé, cela devrait être sous le drapeau de l'Onu", a-t-il dit à CNN. Le Premier ministre israélien Ehud Olmert s'est pour sa part dit favorable au déploiement d'une force militaire européenne au Liban. "Israël est d'accord pour envisager un déploiement d'une force ayant des capacités militaires et une expérience des combats, qui serait formée par des Etats de l'Union européenne, une fois fixé son mandat", a-t-il affirmé.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com