Transfert illégal de prisonniers : La Jordanie “plaque tournante”





Le Quotidien-Agences La Jordanie joue un rôle de "plaque tournante" dans le transfert illégal de prisonniers accusés de terrorisme par la CIA, et une dizaine d'entre eux ont été torturés dans ce pays, affirme Amnesty International dans un rapport dévoilé hier. "Il semble que la Jordanie soit une plaque tournante dans le réseau mondial de centres de détention secrets dirigés par les Etats-Unis en coopération avec les agences de renseignement à l'étranger", a résumé Malcolm Smart, directeur du programme Proche-Orient et Afrique du Nord de l'organisation. Dans un rapport de 51 pages titré "Il ne vous reste plus qu'à signer vos aveux", l'ONG évoque une dizaine de cas de prisonniers torturés en Jordanie, après avoir été transférés d'autres pays, tels l'Afghanistan, le Pakistan, les Etats-Unis et l'Indonésie. Certains auraient été torturés pendant plusieurs mois, avant d'être transférés vers la base américaine de Guantanamo, à Cuba, en Afghanistan ou dans des prisons complètement secrètes. Selon Amnesty, l'un de ces hommes a quitté le Pakistan pour la Jordanie dans un avion Gulfstream de la CIA, qui a ravitaillé le lendemain à l'aéroport de Prestwick (Ecosse) puis a rejoint un aéroport proche de Washington, aux Etats-Unis. L'organisation dénonce dans ces opérations le rôle des services de renseignement militaire jordaniens (GID), directement liés au Premier ministre jordanien Maarouf Bakhit, dont les officiers "disposent de pouvoirs étendus et d'une impunité quasi totale". Publié en juin par le Conseil de l'Europe, un rapport du parlementaire suisse Dick Marty avait conclu à l'existence d'une multitude de vols secrets ayant transporté des prisonniers à travers toute l'Europe, et accusé la CIA d'avoir mis en place un véritable système de sous-traitance de la torture.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com