L’évêque de Saïda lance un S.O.S. : «Nous risquons une famine»





Paris — Agences L'évêque de Saïda (Liban sud), Mgr Elias Nassar, a lancé un appel à l'aide humanitaire, redoutant "une famine et de nouveaux déplacements massifs de population", dans un entretien à paraître dans l'hebdomadaire français Famille chrétienne. "Je redoute que cette guerre dure longtemps, des semaines voire des mois. Tous les habitants du Sud sont confrontés à une crise humanitaire d'envergure", a dit Mgr Nassar. "Nous risquons une famine et de nouveaux déplacements massifs de population", ajoute-t-il. "Les biens de première nécessité vont bientôt faire défaut. Avant le 1er août, les réserves seront épuisées. Plus de pain, plus de riz... J'ai demandé au président de Caritas Liban des sacs de farine", a indiqué Mgr Nassar. ________________________ Incertitudes Rome — Agences Les grandes puissances occidentales et leurs alliés arabes, ainsi que l'Onu et la Russie, se retrouvent aujourd’hui à Rome pour une réunion de crise sur la situation au Liban dans un climat de profonde incertitude quant à la stratégie à adopter. Le "groupe de contact" sur le Liban, élargi à plusieurs autres pays et à l'Onu, tente d'obtenir un cessez-le-feu et le déploiement d'une force multinationale. Mais les divergences restent nombreuses entre les Américains dont le soutien à Israël ne fléchit pas et les Européens et les pays arabes qui entendent obtenir le plus tôt possible l'arrêt des représailles israéliennes sur un Liban en proie à un début de crise humanitaire. ________________________ Appel Le Quotidien — Agences La ministre britannique des Affaires étrangères Margaret Beckett a appelé hier la Syrie et l'Iran à cesser de soutenir le Hezbollah et a insisté sur l'importance pour la communauté internationale de soutenir le gouvernement libanais. "Nous appelons la Syrie et l'Iran à cesser leur soutien au Hezbollah et à mettre fin à leur ingérence dans les affaires intérieures du Liban", a déclaré la ministre en répondant aux questions des députés britanniques. "La communauté internationale doit concentrer son attention (...) sur ce qui peut être fait pour soutenir et renforcer le gouvernement démocratiquement élu du Liban, pour qu'il soit plus à même non seulement de reconstruire ce qui a été détruit, mais aussi de conduire les affaires du pays d'une manière qui assurera la paix et la stabilité dans l'avenir", a-t-elle ajouté.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com