Les diplomates US à Bagdad évoquent les limites de leur travail





Le Quotidien-Agences Un télégramme confidentiel de l'ambassade des Etats-Unis à Bagdad a révélé les limites du travail des diplomates américains en Irak où leur évaluation de la situation est basée sur les témoignages de leurs employés irakiens. Publié avant hier par le Washington Post, ce télégramme estampillé "sensible mais non confidentiel", révèle les difficultés quotidiennes des employés locaux du service des relations publiques de l'ambassade, qui n'osent pas avouer à leurs voisins pour qui ils travaillent, de crainte de représailles. Le département d'Etat a reconnu mardi implicitement l'authenticité du télégramme diplomatique. "Ce n'est pas un secret que ceux qui travaillent pour des étrangers en Irak sont depuis un moment la cible de ceux qui veulent ramener l'Irak en arrière", a déclaré un porte-parole du département d'Etat, Adam Ereli. "Cela comprend des Irakiens qui travaillent pour l'Agence France Presse, le New York Times, ou d'autres", a-t-il ajouté au cours d'un point de presse. Contrairement à leurs collègues américains, qui ne sortent quasiment jamais de la "zone verte", le secteur ultra sécurisé de Bagdad abritant notamment les ambassades américaine et britannique, les employés locaux rejoignent leur quartier chiite ou sunnite après leur travail. "Même si nos employés gardent un comportement professionnel, les tensions sont apparentes", souligne le télégramme révélant une réalité bien plus sombre que celle que dépeint officiellement l'administration américaine. "Un autre employé nous a dit que la vie en dehors de la zone verte est devenue très stressante", relate le télégramme, révélant la connaissance limitée des diplomates américains de la vie quotidienne sur le terrain.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com