Rjim Maâtoug : Quand les hommes apprivoisent le Sahara





Le Sahara aride, transformé en zone de verdure grâce à la volonté des hommes : c’est l’expérience enrichissante de Rjim Maâtoug qui constitue un modèle de développement malgré les aléas et les vicissitudes imposés par Dame nature. Tunis - Le Quotidien Des palmiers qui s’étendent à perte de vue ne laissent aucun doute sur les efforts entrepris pour apprivoiser le Sahara et transformer les vastes étendues de sables en espaces verts. Nous sommes aux confins du Sahara tunisien, précisément à Rjim Maâtoug. Des centaines de familles y sont établies depuis des années dans le cadre du programme de la valorisation de la région après la découverte d’une vaste nappe phréatique dont le débit est estimé à 2000 litres par seconde. Les études ont, en outre, prouvé qu’il est possible d’irriguer près de 2500 hectares et de transformer de fond en comble les caractéristiques socio-économiques de la région. Des prêts ont été accordés aux familles et ont littéralement modifié leurs modes de vie. Des lots de 1,5 hectare ont été distribués aux bénéficiaires qui s’étaient établis définitivement dans la zone. Le programme financé en partie par l’Union européenne et réalisé par le ministère des Domaines de l’Etat, le ministère de la Défense nationale et le gouvernorat de Médenine prévoit la réalisation de 6 villages et la plantation de 8 oasis entre 1990 et 2009. La première tranche des travaux d’un coût global de 41,5 millions de dinars a permis le forage de 17 puits artésiens, l’irrigation de 1152 ha et la réalisation de deux villages au profit de 750 bénéficiaires du programme. * Climat hostile Cependant, la réalisation de la première tranche a permis de relever quelques difficultés de parcours. Les résultats sont, là mais ne répondaient pas totalement aux aspirations préalablement tracées. Selon l’évaluation faite par les protagonistes du projet, 8% des lots ont atteint le plein rendement et 10% sont abandonnés. Toutefois, 82% des lots nécessitent un programme de réformes pour l'amélioration du rendement notamment en trouvant les solutions adéquates aux difficultés de parcours. La seconde tranche du projet se poursuivra jusqu’en 2009 et permettra à 672 familles de réaliser leurs rêves et de gérer leurs propres palmeraies. Rjim Maâtoug constitue une expérience enrichissante et prouve que la volonté de l’homme constitue un atout majeur pour exploiter à bon escient les richesses de la nature malgré un climat particulièrement difficile et hostile. Lotfi TOUATI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com