Al-Assad : Le rôle de l’Iran important pour la stabilité dans la région





Le Quotidien-Agences Le président syrien Bachar al-Assad a affirmé que le rôle de l'Iran est important pour la stabilité de la région et s'est dit prêt à recevoir le chef de la majorité libanaise anti-syrienne, Saad Hariri, fils du dirigeant assassiné Rafic Hariri. Dans un entretien fleuve au journal arabe al-Hayat, paru hier, Assad a également révélé avoir invité lors d'un contact téléphonique le roi Abdallah II de Jordanie à venir en Syrie "au moment qui lui convient (..) afin de revitaliser les relations entre nos deux pays". "Je pense que le rôle de l'Iran est important dans la région et nécessaire pour sa stabilité en complémentarité avec un rôle arabe", a affirmé Assad, dont le pays entretient depuis une vingtaine d'années des relations privilégiées avec Téhéran. Assad a révélé avoir dit au président égyptien Hosni Moubarak, qu'il a rencontré la semaine dernière en Egypte, que "certains parlent d'une manière négative du rôle de l'Iran (..) alors il faut que les Arabes agissent en direction de l'Irak car c'est là où l'Iran joue un rôle essentiel". Il a indiqué avoir évoqué avec Moubarak "le réchauffement, sinon l'amélioration" des relations avec Amman "qui ne sont pas mauvaises en dépit de certaines failles". Le président syrien a indiqué avoir abordé avec son homologue égyptien "d'une manière hâtive" les relations syro-libanaises, au plus bas depuis le retrait forcé des troupes syriennes en avril 2005, après 29 ans de présence. "Ce n'est pas parce que le Liban n'est pas important (..) toutefois le comportement de nombreux hommes politiques libanais a fait perdre à ce pays beaucoup de sa crédibilité", a ajouté Assad. Il s'est dit prêt à recevoir Saad Hariri, qui a accusé maintes fois Damas d'être impliquée dans l'assassinat de son père, tué en février 2005 dans un attentat à l'explosif à Beyrouth, alors sous contrôle syrien. "La venue de Saad Hariri a été évoquée il y a cinq ou six mois (..) nous autres en Syrie, nous n'allons pas abaisser notre politique au niveau des prises de position libanaises", a déclaré Assad. Le président syrien a, par ailleurs, affirmé "être prêt au dialogue" avec les Etats-Unis, qui boycottent la Syrie, mais a estimé que "l'actuelle administration paraît jusqu'à présent incapable" de mener un tel dialogue.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com