Brésil – Ghana : Les Black Stars, pour un haut fait…





* Huitième de finale - Stade de Dortmund (17h00) ________________ Sur le papier, c’est le match des antipodes, puisqu’il met aux prises la nation la plus capée et la mieux parée concernant les consécrations mondiales et un néophyte qui en est à sa toute première participation à une phase finale de Coupe du monde. Mais gare aux jugements hâtifs et aux idées préconçues ! C’est que le Ghana, unique représentant, du reste, du continent africain, après l’élimination de la Côte d’Ivoire, du Togo, de l’Angola et de la Tunisie, pour le compte du deuxième tour, a prouvé qu’il était solide comme du roc. Quel pied-de-nez à ces nations africaines boutées sans gloire pour la plupart, qui n’hésitent pas à invoquer la pression, le stress et l’irréductible poids des enjeux de mise. Les Ghanéens ont, en effet, administré une belle leçon de solidité mentale, de discipline tactique (l’empreinte de leur sélectionneur) et de générosité dans l’effort. Ils ont surtout forcé le respect et l’admiration en donnant l'impression de se faire avant tout plaisir sur un terrain de foot. Un beau magma de délassement et d’efficacité et les Tchèques, qui s’étaient inclinés devant eux en match de poule (0-2) en savent quelque chose, tout heureux qu’ils étaient de n’avoir pas essuyé un véritable camouflet. Mais, fort malencontreusement, les Ghanéens seront privés ce soir de l’un de leurs principaux atouts à savoir le milieu de terrain de Chelsea, Marc Essien, l’un des meilleurs au monde à ce délicat poste de récupérateur — relanceur, doublé d’animateur offensif. Le tout est de savoir comment le sélectionneur ghanéen trouvera la parade à ce forfait d’envergure. En tout cas, après avoir relevé le défi du premier taux, le Ghanéen s'emploiera à avoir le scalp des champions du monde, un haut fait sportif historique. En face, il y aura la prestigieuse Séleçao. Celle-ci a réellement impressionné lors du dernier match de poule face au Japon, malgré la modestie des moyens de ce dernier. Le Brésil, qui a laissé au repos plusieurs titulaires, tels que Cafu, Adriano, Roberto Carlos, Ze Roberto (qui n’a joué qu’un petit quart-d'heure), a prouvé qu’il se réclamait de très belles solutions de rechange. Les Auriverde montent indéniablement en puissance. Une chose est sûre, c’est qu’ils s’impliqueront à fond, leur principale qualité ayant toujours été l’humilité et le respect de l’adversaire. Un match à plusieurs inconnues, mais qui s'annonce attrayant à souhait. W.S.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com