«A la lueur du Big-Bang» : La touche du maître





Comme par enchantement, il arrête le temps sur quelques détails, capte ici les couleurs de la vie qui changent tous et là, il est à l’affût du moindre bruit d’une nature offerte à la postérité. Telle une eau jaillissante et généreuse, l’art de la photo de Zouhaïr Ben Amor se consomme à petites gorgées ou à grandes bouchées. Le tout on peut le voir lors des 4èmes rencontres internationales photographiques de Ghar El Melh. L’exposition de l’artiste s’intitule «A la lueur du Big-Bang». Elle résume quelque peu le parcours d’un artiste émérite et par dessus tout, titulaire d’un doctorat en Biologie marine, enseignant à la Faculté des sciences de Tunis. A ce propos il dit : «Dans les ténèbres absolues, la lumière jaillit. La lave des cimes fusa, ses couleurs giclèrent : les plantes poussèrent, les oiseaux volèrent l’homme et la femme valsèrent. Que ce fut beau le temps d’un temps» L’artiste n’est pas un dernier venu sur la scène artistique. Il pratique l’art de la photo depuis les années 70 à la Maison des jeunes d’Ez-Zahra. Là-bas, il a présenté en 1974 sa première exposition de photos. Depuis, son aventure avec l’art a repris de plus belle. Il a exposé ainsi à la galerie Aïn, au club Tahar Haddad, à la foire internationale du livre de Tunis, dans des maisons de culture de Tunis, à Sfax, au Kef... Ses tableaux figurent dans le premier catalogue de photographies d’art en Tunisie. Il présente en 2003 les œuvres de Klee, Macke, Moillet, réalisées à Saint-Germain en 1914... A l’espace El Teatro en 2005, il donne une exposition sur le portrait intitulée : «Houmti». Si du 28 juin au 3 juillet on lui réserve une exposition dans une manifestation, spécialisée dans l’art de la photo, à Ghar El Melh, c’est que son art a de l’encens... à faire propager. Il nous en livrera, cette fois, le pur extrait. Mona Ben Gamra


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com