Suisse – Ukraine 0-0 (T.A.B. 0-3) : Au bout du suspense





La Suisse a laissé passer une belle opportunité de se hisser en quarts de finale, en se faisant piéger par l’Ukraine aux penalties après prolongations. La partie en elle-même a été assez équilibrée, mais les Suisses ont été plus portés à l’attaque que leurs vis-à-vis et ont réussi quelques belles actions qui auraient dû être concrétisées n’eût été le manque de lucidité de Frei, Barnetta et Cabanas notamment à l’approche des buts. Les Ukrainiens au jeu prévisible ont placé à la pointe de l’attaque le seul Shevchenko avec l’appui de Voronin, optant surtout pour les contres. La rencontre fort disputée de part et d’autre n’en a pas moins démontré une indigence offensive assez nette des deux équipes. La 2ème mi-temps a été une copie conforme de la première et malgré les incessantes incursions, notamment des Suisses, les attaquants sont restés muets. Il faut dire qu’aussi bien le gardien ukrainien, que son homologue suisse ont fait preuve d’une grande vigilance. A l’issue du temps réglementaire soldé par un nul, les 2 équipes ont dû recourir aux prolongations qui n’ont rien donné. Il ne restait plus aux deux antagonistes que les penalties pour se départager. L’Ukraine a craint le pire lorsque son premier tireur Schevchenko a raté son tir, mais son alter ego suisse a fait de même. D’ailleurs, les Suisses ont raté les trois penalties tirées offrant ainsi aux Ukrainiens une place en quarts de finale, synonyme d’un grand exploit pour une 1ère participation. * Formations - Suisse: Zuberbühler, P. Degen, Müller, Djourou (Grichting 34’), Magnin, Wicky, Vogel (cap), Cabanas, Barnetta, H. Yakin (Streller 64’), Frei (Lustrinelli 117’). - Ukraine: Shovkovskiy, Gusev, Vashchuk, Nesmachniy, Gusin, Shelayev, Tymoshchuk, Kalinichenko (Rotan 75’), Vorobey (Rebrov 94’), Shevchenko (cap), Voronin (Milevsckiy). Moncef SEDDIK ___________________________________ Les Suisses éliminés sans encaisser de but La Suisse a été éliminée en huitième de finale sans avoir pris le moindre but lors du tournoi, puisqu’elle ne s’est inclinée qu’aux tirs au but(0-0, 0 tab à 3) lundi à Cologne face à l’Ukraine. Après la France (0-0), le Togo (2-0) et la Corée du Sud (2-0), la formation d’Andrei Shevchenko était en effet à son tour venue se casser les dents sur le rideau défensif helvète. Un impérial Oleksandr Shovkovsky, qui a arrêté deux tirs au but suisses, un troisième finissant sur sa transversale, lui a néanmoins permis de se qualifier. La performance défensive de la «Nati» est d'autant plus remarquable qu’elle avait toujours concédé au moins un but lors de ses 22 précédents matches de Coupe du Monde. Et cette fois-ci, elle ne pouvait s’appuyer sur la charnière Müller-Senderos, qui avait grandement contribué à renforcer l’édifice, après les matches de préparations où l’entraîneur Kobi Kuhn avait testé quatre paires différentes pour autant de buts concédés. Le jeune défenseur d’Arsenal Philippe Senderos (21 ans) était en effet absent, après s’être démis l’épaule droite contre la Corée du Sud. Et son remplaçant Johan Djourou (19 ans), qui évolue également à Arsenal, n’a pas réussi à le faire oublier, au point que Kuhn a préféré le remplacer dès la 33ème minute par le plus expérimenté Stéphane Grichting (27 ans). Le jeune défenseur d’origine ivoirienne avait en effet été devancé de la tête par Andrei Shevchenko sur un coup franc qu’il avait lui-même provoqué en se faisant abuser sur le côté droit par Andrei Voronin. Il vit alors avec bonheur la barre repousser la tentative du capitaine ukrainien. La rentrée du défenseur d’Auxerre permit à l’arrière-garde suisse de reprendre ses esprits. La grande fébrilité des deux équipes qui craignaient de se livrer lui facilita également grandement la tâche. Pascal Zuberbühler, très inspiré face à la Corée du Sud après avoir été souvent critiqué lors des qualifications, n’eut cette fois quasiment aucun arrêt à effectuer. Mais comme il n’a pu repousser que le premier tir au but d’Andrei Shevchenko, le gardien de but helvète n’a pas pu pallier les carences offensives de ses partenaires, qui n’ont inscrit que quatre buts en quatre rencontres. ___________________________________ Rendez-vous à Hambourg L’Ukraine, qui a battu la Suisse (0-0, 3 t.a.b à 0) rencontrera l’Italie, vainqueur de l’Australie (1-0), en quart de finale le 30 juin à Hambourg. Les Ukrainiens se sont qualifiés aux tirs au but après un 0 à 0 ennuyeux et sans étincelle disputé à Cologne. C’est Oleg Gusev qui a marqué le troisième tir au but de son équipe, alors que les Suisses avaient raté leurs trois premières tentatives. Les Italiens se sont imposés à Kaiserslautern grâce à un penalty marqué dans les dernières secondes des arrêts de jeu par Francesco Totti (90’+5), après avoir joué à dix pratiquement toute la 2ème période après l’exclusion du défenseur Marco Matterazzi (50’). Après six matches en huitièmes de finale, la Coupe du monde 2006 continue de sourire aux grandes équipes, qui peinent toutefois à franchir des obstacles à leur portée. Hormis l’Allemagne, qui a brillamment défait la Suède (2-0), l’Argentine, l’Angleterre, l’Italie et le Portugal se sont qualifiés dans la douleur, avec un seul but d’écart à chaque fois.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com