Exposition Quand le réel et l’imaginaire se rejoignent…





Leïla Kaâbi Sfayhi est une artiste-peintre dont l’imagination tente d’aller au-delà du réel. A travers une exposition sur le thème : «Le Bestiaire fantastique» qui a lieu actuellement à la Galerie : «Le Damier», elle nous fait découvrir le fruit de son imagination. Dans les œuvres de cette peintre, il y a un aspect qui attire les amateurs de l’art pictural : la particularité par laquelle elle présente ses imaginations sur la physionomie des animaux. Dans cette représentation picturale, elle met surtout en valeur des entrelacs d’animaux réels, légendaires ou imaginaires, à l’instar des vieilles enluminures moyen-âgeuses qui faisaient la joie des lecteurs d’antan. Toutefois, Leïla Kaâbi reste convaincue que son imagination n’a pas un seul repère. Raison pour laquelle d’ailleurs elle veut s’inspirer de tout et ne se réclame pas d’une école quelconque; Mais dans sa démarche, elle privilégie la vision impressionniste. Ce qui lui permet de forger une vision claire dans ses œuvres et, surtout, de véhiculer de façon méthodique son expression artistique. Ainsi, dans sa peinture, l’artiste donne une place de choix aux couleurs chaudes. Mais le choix de ces couleurs et leur combinaison dépendent, comme elle le dit, de son humeur personnelle et surtout de la forme qu’elle veut donner à son œuvre. * La recherche de la profondeur La peinture à l’huile et l’acrylique constituent, en effet, quelques-unes des techniques utilisées par Leïla Kaâbi. Son objectif, à travers cette démarche, est de chercher à reconstituer des formes et des physionomies qui expriment, en profondeur, son expression artistique et où la transparence restera entière. C’est pourquoi dans ses œuvres, on peut constater la superposition d’une couche sur une autre. Ce qui a exigé à l’artiste un travail colossal. S’agissant des formes choisies, Leïla Kaâbi est restée, à travers ses vingt-deux œuvres, attachée à sa démarche esthétique. Plusieurs titres de ses tableaux sont restés fidèles à la conception qu’elle s’est faite sur les animaux légendaires ou imaginaires. «Cocon», «Chrysalide», «Reine / Sirène», «Oiseaux-lyres», «Anémone de mer», tels sont quelques-uns des titres des œuvres présentées dans cette exposition qui se poursuit au 5 juillet. L’artiste invite au rêve et reflète son imagination à travers la peinture. Mais par l’imagination, elle entend en faire un autre moyen pour la compréhension du réel et l’appréhender. Dans «L’air et les songes», Gaston Bachelard n’écrivait-il pas qu’imaginer c’est hausser le réel d’un ton». Telle semble être aussi la dévise de Leïla Kaâbi Sfayhi. Ousmane Wagué


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com