Ben Ali : Garantir au peuple palestinien frère, une protection internationale





Une cérémonie officielle s'est tenue hier matin, au cours de laquelle le président Zine El Abidine Ben Ali a reçu les lettres de créance de nouveaux ambassadeurs de pays frères et amis à Tunis. Il s'agit de : Carthage-TAP M. Michel CARLIER, ambassadeur du Royaume de Belgique M. Pal PATAKI, ambassadeur de la République de Hongrie M. Hüseyin Naci AKINCI, ambassadeur de la République de Turquie M. Samir Mustapha KHALIFA, ambassadeur du Royaume Hachémite de Jordanie M. Faiz Muhammad KHOSO, ambassadeur de la République islamique du Pakistan M. Salmane Muhammad EL HERFI, ambassadeur de l'Etat de Palestine M. Néjib El Zérouali OUARTHI, ambassadeur du Royaume du Maroc M. Helmuth Werner EHRLICH, ambassadeur d'Autriche M. M'barakou Arafa Askia TOURE, ambassadeur de la République du Mali M. Andrey POLYAKOV, ambassadeur de la Fédération de Russie M. Raphaël BITARIHO, ambassadeur de la République du Burundi M. Lawrence R.A SATUH, ambassadeur de la République du Ghana M. Herminio Joaquim ESCORCIO, ambassadeur de la République d'Angola M. Eduardo Eugenio ROLDAN ACOSTA, ambassadeur des Etats-Unis du Mexique M. Bayani V. MANGIBIN, ambassadeur de la République des Philippines M. Enock Yotam CHIKAMBA, ambassadeur de la République de Zambie M. Farhat CHITA, ambassadeur de Bosnie-Herzégovine M. Svavar GESTSSON, ambassadeur de la République d'Islande M. Juan NDONG NGUEMA, ambassadeur de la République de Guinée Equatoriale M. Jamileddine Ahsen, ambassadeur de la République populaire du Bangladesh M. José Rafael Eduardo BERAUN ARANIBAR, ambassadeur de la République du Pérou M. Miguel Carbo BENITES, ambassadeur de la république de l'Equateur M. Vili Minarolli, ambassadeur de la République d'Albanie M. Andrej CAPUDER, ambassadeur de la République de Slovénie A cette occasion, le Président de la République a souhaité la bienvenue aux nouveaux ambassadeurs et a prononcé une allocution dont voici le texte : Au Nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux Excellences, Je viens de recevoir les lettres vous accréditant en qualité d'ambassadeurs de vos pays frères et amis à Tunis. Il me plaît, à cette occasion, de vous souhaiter la bienvenue et de vous demander de bien vouloir transmettre mes vifs remerciements et les expressions de ma très haute considération aux Chefs de vos pays respectifs, pour leurs nobles sentiments envers la Tunisie et envers son peuple, ainsi que mes souhaits de constante réussite à Leurs Excellences, et mes vœux de progrès et de prospérité accrus à vos peuples. Tout en réaffirmant notre attachement à vous garantir les meilleures conditions pour l'accomplissement de votre mission dans notre pays, et à faciliter la communication et le dialogue avec vous, nous avons la conviction que votre accréditation à Tunis contribuera au renforcement des liens de fraternité et d'amitié, et à la consolidation des relations de coopération entre la Tunisie et vos pays respectifs, ainsi qu'à la promotion continue de ces relations. Nous avons fait de l'élévation de notre pays au rang des pays développés, un objectif pour lequel nous avons mobilisé tous les efforts et toutes les énergies nationales; ce qui nous a permis de réaliser de nombreux acquis politiques, économiques et sociaux qui ont été l'objet d'appréciation de nos frères et de nos amis, ayant suscité les éloges des organismes onusiens et internationaux spécialisés, ce qui a permis de classer la Tunisie, par les institutions financières internationales, parmi les vingt premiers pays, du point de vue du rythme de croissance économique, et habilité notre pays à occuper une position avancée dans le domaine du développement humain. Nous nous sommes également employés avec constance à renforcer la construction démocratique et le pluralisme politique, à consacrer les libertés publiques et à élargir les horizons de la participation, afin qu'ils englobent les différentes composantes de la société tunisienne, dans le cadre de l'Etat de droit et de la protection des droits de l'homme. Nous poursuivons, avec détermination et constance, le processus de développement et de modernisation sur la voie du développement intégral durable, comptant en cela sur les énergies créatrices de notre peuple, avec les diverses composantes de son tissu social et associatif, ainsi que sur la solidité de nos relations avec les pays frères et amis et la crédibilité de notre pays sur la scène internationale. L'élection récente de la Tunisie au sein du conseil des droits de l'homme, relevant des Nations Unies, a constitué une nouvelle confirmation de la pertinence de nos choix en matière de diffusion de la culture des droits de l'homme, dans les mentalités comme dans la pratique, en tant que processus aux dimensions cohérentes, répondant aux aspirations de notre peuple et renforçant la progression de notre pays sur la voie de la modernité et du progrès. Sur la base de notre foi inébranlable en la nécessité d'adopter une approche globale de nos relations internationales, nous avions pris l'initiative d'appeler à l'organisation d'un sommet mondial sur la société de l'information, sommet dont la Tunisie a eu l'honneur d'accueillir la deuxième phase, en novembre dernier. Ce sommet a constitué un événement international marqué par la mise en place des fondements d'une approche nouvelle qui vise à réduire le fossé numérique entre les nations et à consacrer les technologies de la communication et de l'information au service du développement, de manière à préparer le terrain à l'édification d'une communauté internationale équilibrée et solidaire. Nous poursuivons la coopération et la coordination avec toutes les parties, pour assurer le suivi des résolutions de ce sommet. Je suis persuadé que les mutations rapides que connaît la scène internationale depuis quelque temps devraient nous inciter à conjuguer nos efforts pour relever les défis existants et, au premier rang desquels, celui du phénomène de l'extrémisme et du terrorisme dont la Tunisie a été la première à souligner les dangers, dès le début des années quatre-vingt-dix. Nous avions, dans ce cadre, appelé à l'organisation d'une conférence internationale sur le terrorisme et à l'adoption d'un code de conduite engageant toutes les parties. Cette initiative avait été bien accueillie et appréciée par de nombreuses organisations régionales et internationales, dont, entre autres, le Sommet euroméditerranéen, tenu, en novembre 2005, à Barcelone. La Tunisie continue avec persévérance, de par la richesse de son patrimoine civilisationnel, intellectuel et culturel, et grâce à l'esprit d'ouverture et de communication avec autrui qui la caractérise, à soutenir toutes les initiatives visant à instaurer un dialogue constructif et fécond entre les diverses civilisations, cultures et religions, sur la base de la tolérance, de la modération, du concept de juste milieu et du respect des croyances et symboles religieux de toutes les nations. Tout en suivant avec profonde préoccupation la situation dramatique dans laquelle se trouve le peuple palestinien frère, nous réaffirmons, une fois de plus, la nécessité de garantir, à ce peuple, une protection internationale dans le cadre du respect de la légalité internationale, de la légitimité onusienne et des résolutions pertinentes du Conseil de Sécurité. Nous renouvelons, en outre, notre appel à toutes les parties influentes et, tout particulièrement, au Quartet, afin qu'elles s'emploient à relancer les négociations et à mettre en application la «Feuille de route», en vue d'instaurer une paix juste, durable et globale au Moyen-Orient, de manière à permettre à tous les peuples de la région de vivre dans la sécurité et la stabilité, et de se consacrer à l'œuvre de construction et de développement. Nous souhaitons également que le peuple irakien frère puisse parvenir, dans le cadre d'un dialogue constructif, à un consensus autour de dénominateurs communs pouvant permettre de préserver l'unité nationale et l'intégrité territoriale de l'Irak, de consolider ses institutions constitutionnelles et de mobiliser les énergies au service du développement et de la reconstruction, dans un climat de sécurité et de stabilité. L'édification de l'Union du Maghreb Arabe reste un choix fondamental constant auquel nous œuvrons, avec détermination, de concert avec nos frères les dirigeants des pays maghrébins, à donner l'impulsion requise, tout en nous employant, dans le même temps, à conférer un surcroît de dynamisme aux divers domaines de la coopération et de la complémentarité entre nos pays, dans le sens des intérêts de nos peuples et du renforcement de leur invulnérabilité et de leur progrès. Nous nous attachons, d'autre part, à accorder à l'action arabe commune la place qu'elle mérite, de par la foi que nous avons en notre communauté de destin et notre conscience profonde des défis auxquels nos peuples arabes sont confrontés. Nous nous félicitons, à cet égard, des progrès enregistrés au niveau de l'action de la Ligue Arabe et de ses structures, depuis les Sommets de Tunis et d'Alger, et jusqu'au Sommet de Khartoum, et cela dans le sens des intérêts de notre Oummah et du renforcement du processus de développement et de modernisation de nos pays. Partant de notre conviction que l'Afrique constitue, pour la Tunisie, un prolongement géographique en même temps qu'un support stratégique, nous nous employons, de concert avec nos frères, les dirigeants africains, à élever nos relations aux niveaux les meilleurs, à parachever la construction des institutions de notre Union Africaine et à consolider son rôle dans le règlement pacifique des différends et dans la stimulation du développement partout sur notre continent. Les relations que la Tunisie entretient avec l'espace européen et méditerranéen revêtent une importance élevée. Nous n'épargnerons aucun effort pour renforcer nos relations bilatérales et multilatérales avec cet espace, afin d'en faire un modèle de la complémentarité entre les pays des deux rives de la Méditerranée. Nous sommes convaincus que ces relations qui ont déjà réalisé d'importants progrès sur le chemin de la coopération et de la solidarité, nécessitent néanmoins un surcroît de soutien et de renforcement de la part de nos partenaires européens, pour contribuer à l'instauration d'un partenariat fructueux et solidaire entre les deux parties. Nous accordons, d'un autre côté, une attention particulière et privilégiée à nos relations traditionnellement bonnes avec les pays d'Amérique et d'Asie, fondées sur le respect mutuel, le dialogue et la concertation. Nous nous employons à élargir et à diversifier les domaines de la coopération avec ces pays, dans le sens des intérêts communs des deux parties. Nous nous attachons, également, à contribuer, à travers le Conseil Economique et Social des Nations Unies, dont la Tunisie a l'honneur d'assumer la présidence, pour le mandat 2006, à donner une nouvelle impulsion aux domaines de coopération économique et sociale entre les Etats membres, et à conférer un cachet de solidarité au concept de développement durable dans le monde. Nous appuyons, par ailleurs, tous les efforts accomplis en vue de réformer le système des Nations Unies, dans le sens de la consécration de sa crédibilité et de son efficacité et du renforcement de son rôle dans le règlement des problèmes internationaux, afin que cette organisation, avec ses diverses institutions et structures, soit le cadre idéal pour la solution des problèmes internationaux en suspens, dans un contexte de dialogue, de concertation et de consensus. Excellences, Nous sommes confiants que votre accréditation en Tunisie contribuera au raffermissement des liens de fraternité et d'amitié que nous avons avec vos pays, de même qu'à la consolidation des opportunités de concertation et à l'enrichissement de nos relations de coopération, dans le sens de nos intérêts communs et du renforcement de la paix et de la stabilité dans le monde. Pour conclure, je vous réitère mes souhaits de bienvenue et mes meilleurs vœux pour un séjour agréable parmi nous et la pleine réussite dans votre mission. Merci de votre attention.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com