Neuf ministres du Hamas arrêtés : Israël déclare la guerre, les Palestiniens craignent un effondrement total





Israël a étendu hier à la Cisjordanie l'offensive lancée la veille dans la Bande de Gaza en y arrêtant des dizaines de dirigeants du Hamas,y compris neuf ministres, faisant craindre aux Palestiniens un effondrement total de la situation. Le Quotidien-Agences Pas moins de 64 ministres, députés, maires et autres responsables du Hamas en Cisjordanie ont été arrêtés au cours d'une rafle sans précédent par son ampleur, alors qu'une trentaine d'activistes du principal mouvement islamiste étaient également interpellés, selon une responsable de l'armée. "Cette mesure a été prise car il a été prouvé que le Hamas est impliqué dans le terrorisme, notamment dans l'attaque dimanche au cours de laquelle deux de nos soldats ont été tués et un autre enlevé", a prétendu cette responsable. "Nous n'avions pas d'autre choix pour défendre la population israélienne", a poursuivi cette responsable. Selon elle, Israël n'a pas l'intention d'utiliser les cadres du Hamas comme "monnaie d'échange" pour obtenir la libération du soldat israélien Gilad Shalit. "Nous allons continuer dans les prochains jours nos opérations d'arrestations car le Hamas est impliqué de la tête aux pieds dans le terrorisme", a pour sa part prévenu le commandant de la région militaire le général Yaïr Naveh. Le ministre israélien des Infrastructures, Binyamin Ben Eliezer, a accusé le gouvernement du Hamas d'être "une organisation d'assassins". Selon lui, si le Hamas "a décidé d'utiliser une nouvelle arme en procédant à des enlèvements, nous allons lui montrer que nous sommes des professionnels en la matière". * Condamnation Le président palestinien Mahmoud Abbas a condamné les arrestations et appelé la communauté internationale à intervenir d'urgence. Les responsables du Hamas arrêtés vont être présentés devant un juge qui devra décider de la prolongation de leur garde à vue et de leur éventuelle traduction en justice, a-t-on indiqué de sources militaires. Le principal négociateur palestinien Saeb Erakat a pour sa part évoqué le danger d'un "effondrement total" de la situation dans les Territoires palestiniens en raison de l'offensive israélienne. Par ailleurs, le corps d'Eliahou Ashéri, 18 ans, de la colonie d'Itamar en Cisjordanie, enlevé dimanche, a été retrouvé dans la nuit d’avant-hier à hier à Ramallah par l'armée israélienne, selon des sources militaires israéliennes. Les Comités de la résistance populaire, un groupe armé qui avait revendiqué l'enlèvement de ce colon ont affirmé l'avoir assassiné après le refus d'Israël de mettre un terme à son offensive dans la Bande de Gaza. Dans cette région, l'offensive terrestre lancée avant-hier avant l'aube qui a reçu comme nom de code "Pluie d'été" et vise selon Israël "à ramener sain et sauf chez lui" le soldat enlevé s'est poursuivie. Elle s'est déjà traduite par d'énormes dégâts infligés aux infrastructures, notamment la destruction de l'unique centrale électrique de Gaza. Une trentaine de chars israéliens ont effectué une incursion dans le nord de la Bande de Gaza, dans la nuit d’avant-hier à hier. Israël a lancé une "guerre ouverte" contre le gouvernement palestinien du Hamas afin de le "détruire", a affirmé le vice-président du Parlement Ahmed Bahar, en appelant le "monde, les Nations unies, l'Europe, les pays arabes et les organisations des droits de l'Homme" à intervenir. ________________________________ Paris condamne Le ministre français des Affaires étrangères Philippe Douste-Blazy a condamné hier les "arrestations de personnel politique" après l'arrestation de députés et de ministres du Hamas par Israël. "Nous condamnons bien sûr toutes les arrestations de personnel politique", a déclaré Douste-Blazy à Moscou où il se trouve pour une réunion ministérielle du G8, en réponse à une question de journalistes. La France "condamne toutes les violences, en particulier récentes, dans le conflit israélo-palestinien", a-t-il déclaré, en ajoutant "qu'il n'y a pas d'autres solution qu'un processus politique". "Toute violence est en réalité une mauvaise réponse", a affirmé le chef de la diplomatie française.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com