Irak : Les sunnites refusent le plan Maliki





Qautre GI’s tués Les principaux groupes armés ont rejeté, selon un leader sunnite, le plan de réconciliation nationale du Premier ministre Nouri al-Maliki parce qu'il ne prévoit pas de retrait des troupes américaines qui ont perdu quatre soldats en 48 heures. Le Quotidien-Agences «Ni les principaux groupes armés, ni les organisations politiques, dont la nôtre, et les nationalistes arabes n'ont accepté ce plan de réconciliation parce qu'il ne prévoit pas notamment un calendrier de retrait des forces étrangères", a déclaré un haut responsable du Comité des Oulémas musulmans, principale association de religieux sunnites en Irak. Mouthanna Hareth al-Dari a estimé que "l'initiative de Maliki s'adressait essentiellement à des organisations politiques, comme la sienne", restées en marge du processus, étant donné qu'elle excluait les Résistants armés. "Le fait que Maliki ait exclu ceux qui combattent les Américains vide son projet de sa substance", a ajouté le responsable de l'association qui refuse de participer au processus politique tant que le pays est "sous occupation". "Cette pseudo-initiative est une campagne de relations publiques du gouvernement, et les groupes armés qui auraient accepté d'ouvrir un dialogue sont inconnus en Irak", a-t- il ajouté. Dari faisait référence aux organisations mentionnées par des médias proches du gouvernement et qui auraient accepté le projet de Maliki. Outre le Conseil consultatif des moujahidine, dominé par la branche irakienne d'Al-Qaïda, d'autres groupes armés comme la Brigade de la révolution de 1920, ont rejeté le plan. Dans leurs site, plusieurs autres groupes d'insurgés affirment rejeter ce plan. Pourtant Maliki a indiqué avoir été approché par des groupes de résistance désireux de dialoguer, mais sans préciser leurs noms. * Attaques Sur le terrain, l'armée américaine a annoncé hier la mort de quatre de ses soldats dans des opération militaire en Irak. Le premier soldat a été tué par des tirs d’armes légères dans la ville de Moussoul. Le deuxième soldat est décédé des suites de ses blessures après avoir été touché à Bagdad dans l’explosion d’une bombe artisanale. Le troisième est mort dans l’explosion d’un engin similaire alors qu’il était en patrouille près de Balad. Un militaire a été également blessé dans la même attaque. La quatrième soldat a été tué par des tirs hostiles dans le nord de l'Irak, ce qui porte à 2.528 le nombre de militaires américains et personnels assimilés morts en Irak depuis l'invasion de mars 2003, selon un décompte établi par l'AFP à partir des chiffres du Pentagone. Par ailleurs, sept personnes ont été tuées, dont un colonel et un enfant de 6 ans, et 21 autres ont été blessées dans six attaques dans la ville pétrolière de Kirkouk à 250 km au nord de Bagdad, à Kout (175 km au sud de la capitale) et à Latifiyah, à 40 km au sud de Bagdad, par des tirs d'hommes armés. En outre, 10 corps, dont celui d'un enfant de cinq ans, portant des traces de tortures ont été retrouvés près de Kirkouk.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com