Ben Laden : «Le jihad continuera en Irak malgré la mort de Zarqaoui»





Le jihad continuera malgré la mort du chef d'Al-Qaïda en Irak Abou Moussab Zarqaoui, tué le 7 juin dans un raid américain, a assuré le chef du réseau Oussama Ben Laden en sommant George W. Bush de remettre son corps à sa famille, dans un message audio mis en ligne hier. Le Quotidien-Agences «Je dis à Bush: vous devez remettre la dépouille du héros à sa famille. Ne vous réjouissez pas outre mesure. La bannière (du jihad) n'est pas tombée: elle a été remise à un autre lion de l'islam", a déclaré Oussama Ben Laden dans un enregistrement sonore. "Nous poursuivrons notre combat contre vous partout (dans le monde), en Irak, en Afghanistan, en Somalie et au Soudan", a-t-il ajouté. "Nous poursuivons notre combat (...) pour tuer vos hommes et pour que (vos forces militaires) rentrent dans leur pays vaincues, comme nous vous avons vaincus en Somalie", a-t-il dit. Ben Laden a également sommé le roi Abdallah II de Jordanie de laisser le corps de Zarqaoui, de nationalité jordanienne, rentrer dans son pays. "Je dis à votre agent en Jordanie: trêve de tyrannie. Vous avez empêché Abou Moussab, de son vivant, de rentrer dans sa patrie. Ne l'en empêchez pas maintenant" qu'il est mort, a déclaré Ben Laden. Zarqaoui faisait l'objet de plusieurs condamnations à mort par contumace en Jordanie pour des attaques terroristes. "Ce que vous craignez (...), maintenant qu'il est mort, c'est que ses obsèques, si les musulmans étaient laissés libres de les organiser, soient grandioses et montrent l'ampleur de la sympathie des musulmans pour les moudjahidine", a ajouté Ben Laden. Le message, d'une vingtaine de minutes, est émaillé de poèmes en vers et en prose à la mémoire de Zarqaoui. Par ailleurs, Ben Laden a défendu Zarqaoui face à ses détracteurs qui lui reprochaient de tuer des Irakiens, notamment les chiîtes. "Abou Moussab Zarqaoui avait des instructions claires (des dirigeants d'Al-Qaïda, ndlr) pour concentrer son combat contre les envahisseurs occupants, et en premier lieu les Américains, et d'épargner tous ceux qui ont opté pour la neutralité", a-t-il dit. "Mais quiconque a choisi de combattre dans les rangs des Croisés contre les musulmans devait être tué (...) quelles que soient sa confession et sa tribu", a déclaré Ben Laden en soulignant qu'"aider les infidèles contre les musulmans" est contraire aux commandements de l'Islam. Ben Laden a par ailleurs évoqué "l'ampleur des tortures infligées aux musulmans (ndlr: sunnites) dans les prisons irakiennes". Le reste du message est un hommage dithyrambique à Zarqaoui, qualifié de "lion de l'islam et du jihad qui fait honneur non seulement à sa famille et à sa tribu mais aussi à l'humanité entière". Ben Laden a en même temps remercié tous ceux qui avaient présenté leurs condoléances à Al-Qaïda, "en particulier l'émir des croyants, le mollah Mohammed Omar, auquel nous souhaitons la victoire contre les ennemis infidèles", en référence au chef des talibans en Afghanistan. Ben Laden, qui stigmatise "les simulacres de dirigeants et d'oulémas" arabes, s'en est pris surtout aux Etats-Unis qui, selon lui, "ont fait fi des manifestations (contre l'invasion de l'Irak, ndlr) disant non à l'effusion du sang pour s'emparer de l'or noir". Les Etats-Unis "ont infligé au président un traitement réservé aux esclaves", a-t-il dit dans une référence implicite au président irakien déchu Saddam Hussein. Le numéro deux d'Al-Qaïda Ayman al-Dhawahiri avait promis de venger Zarqaoui dans une vidéo diffusée le 24 juin par la chaîne satellitaire arabe Al-Jazira. Dans son précédent message sonore diffusé le 23 mai, Ben Laden avait affirmé que le Français Zacarias Moussaoui, condamné début mai aux Etats-Unis à la réclusion criminelle à perpétuité pour complicité dans les attentats du 11 Septembre, ainsi que les prisonniers détenus à Guantanamo (Cuba), n'avaient aucun lien avec ces attentats, dont il avait dit assumer seul l'entière responsabilité.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com