Les jeunes et les vacances d’été : Malgré les moyens limités, chacun a sa petite idée





Quasiment tous les jeunes élèves et étudiants sont actuellement en vacances. A priori, ce qui prime à présent pour eux, c’est de profiter pleinement de ce temps de trêve et de bénéficier du soleil. Où comptent-ils aller justement? Que comptent-ils faire et arrivent-ils à satisfaire leurs besoins en matière de divertissement? Tunis - Le Quotidien Un bronzage sous un cocotier sur une île de rêve et une soirée latino à se déhancher les pieds nus sur le sable ne déplairaient pas du tout aux jeunes. Si ces derniers avaient les moyens qu’il fallait, ils auraient sûrement opté pour un programme quasi «diabolique». Sauf que la majeure partie de la jeune gent dispose de moyens restreints. Ils dépendent financièrement de leurs parents. Dès lors, ils se contentent d’avoir la tête ailleurs tout en gardant les pieds sur terre. Ce dont ils ont absolument besoin, c’est d’abord de faire le vide après les neuf mois d’études. Selon ses moyens et ses propres tendances, chacun aspire à profiter de ces vacances comme il le peut. Pour se ressourcer, a priori, tous les jeunes ont besoin de faire la fête, d’aller à la plage, de sortir le soir, de voir les amis... Nombre d’entre eux rêvent de passer des séjours dans des hôtels où ils peuvent nager, manger dans des restaurants, dormir dans un air conditionné et sortir le soir pour aller dans une boîte de renom. Cela dit, ce genre de programme ne s’avère pas être à la portée de tous. Noômen Tekaya, 17 ans, trouve les séjours dans des hôtels très chers. Natif de Sousse, le jeune homme dit être chanceux d’appartenir à cette région. «Certes, si j’avais la possibilité de choisir, j’opterais pour un long séjour dans un hôtel-club où il y a de l’animation. Je serais logé, nourri, blanchi et ce sera comme une sorte de cure. Cependant un long séjour coûtera les yeux de la tête. Tout de même, je pense être chanceux puisque je suis originaire de Sousse. Durant chaque été toute la famille se rend à notre maison à Sousse. Généralement, je passe toute la journée sur la plage et le soir je sors avec des amis pour me rendre sur la corniche», dit-il. Hassen Ben Salem, 17 ans, ira avec sa famille à Hammamet pour passer une semaine dans un hôtel durant le mois d’août. Pour le reste, il se débrouillera comme il le peut. «Mes parents comptent réserver une semaine de vacances dans un hôtel. Pour ce faire, ils ont dû faire des économies. D’ailleurs, au-delà de 7 jours dans un hôtel, cela coûtera une fortune d’autant plus que ma mère tient à ce que nous ayons une pension complète. Normal, pour bien profiter des vacances, elle veut se faire servir. Il faut dire que les hôtels, le luxe et les services ultra raffinés ne m’emballent pas vraiment. Cela me donne l’impression d’être un «snob». Je préfère partir en colonie de vacances avec des amis. D’abord c’est beaucoup plus animé, en plus je suis avec des personnes de mon âge qui parlent le même langage que moi», dit-il. Chakib Ben Slimane, stagiaire de 24 ans, n’aura pas vraiment droit à de vraies vacances. Le jeune homme effectue actuellement un stage de formation qui durera jusqu’à la fin du mois de juillet. «Cet été, le divertissement ne fera pas partie de mes priorités. Je viens d’achever mes études et pour avoir mon diplôme, je dois effectuer un stage de formation. Je ne pourrai donc pas profiter de l’été comme j’ai eu l’habitude de le faire. Toutefois, j’irai sûrement passer quelques jours dans un hôtel durant le mois de septembre. Déjà, les prix seront très convenables et puis les hôtels seront beaucoup moins encombrés. Je ne trouve pas que le tourisme intérieur coûte aussi cher. L’on ne peut tout de même pas espérer jouir d’un séjour dans une chambre luxueuse et avoir accès à plusieurs services contre un prix vraiment bas. De plus, à présent, des agences spécialisées se chargent de réserver des séjours à leurs clients avec un prix plus bas. Et c’est une très bonne initiative au profit des familles tunisiennes», dit-il. Aymen Mathlouthi, stagiaire de 24 ans, passera aussi cet été à chercher un job. Le jeune homme pense qu’il a eu tout le temps qu’il faut pour se divertir, et ce qui prime pour lui maintenant, c’est son avenir. «Je viens d’avoir mon diplôme. Je pense que je n’ai plus aucune minute à perdre. Il faut que je me concentre sur le fait de chercher un job. Cela dit, je volerai quelques moments pour me divertir. Et comme les loisirs coûtent généralement cher surtout les séjours dans les hôtels, je dis heureusement que nous avons les banlieues. J’irai me baigner lorsque j’aurais du temps libre et je passerai mes soirées au bord de la plage pour profiter de l’air frais. Il se peut toutefois que je me rende dans un hôtel juste pour y passer la journée, profiter des piscines et manger dans un restaurant au bord de la mer», dit-il. Abir CHEMLI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com