Les jeunes filles et la chirurgie esthétique : Tirs sans complexe sur… l’artifice





Nombre de personnes relevant essentiellement de la gent féminine opte pour la chirurgie plastique pour parfaire leur physique. Il paraît qu’elles pensent que la nature n’a pas été assez généreuse avec elles... Qu’en pensent les jeunes filles ? Sont-elles tentées par ce genre d’intervention ? Et comment trouvent-elles la beauté «refaite»? Tunis - Le Quotidien Bec de lièvre, paralysie faciale, disproportion très flagrante des traits du visage ou de certaines parties du corps... Les sujets de telles malformations ont cessé de voir la vie avec pessimisme étant donné que la chirurgie plastique fait à présent de vrais miracles. Toutefois, ce genre d’intervention esthétique ne semble pas être l’apanage des personnes qui souffrent d’une déformation ou qui on été défigurées suite à un accident ou à une maladie. A voir le très grand nombre de stars qui optent pour la chirurgie esthétique, l’on comprend que leur souci est de chercher une beauté presque parfaite. Efficace contre la cellulite, les rides et ridules, l’intervention esthétique peut, mine de rien, redonner à la personne l’aspect jeune et rayonnant juste quelques jours après l’opération. Outre son efficacité contre l’effet de l’âge, ce genre d’opération est aussi idéale pour celui ou celle qui a toujours souhaité avoir un nez plus étroit, une bouche plus pulpeuse, une poitrine plus généreuse ou encore un postérieur mieux arrondi. C’est d’ailleurs la tendance. C’est Nancy Ajrem et Hayfa Wahbi qui semblent représenter le symbole de la beauté féminine arabe à présent. Et lorsqu'on sait que toutes les deux sont quasi totalement «refaites», qu’elles ont subi plusieurs opérations chirurgicales et qu’avec cela elles sont idéalement belles aux yeux des hommes, l’on comprend l’engouement des jeunes filles pour se laisser remodeler par un «chirurgien sculpteur». Ce constat est-il d’autant plus vrai? Les jeunes filles aimeraient-elles changer quelque chose dans leur physique? La réponse est, contre toute attente, totalement négative. Les jeunes filles interrogées semblent unanimes quant au fait qu’aucune beauté ne vaut celle créée, par le Bon Dieu, même si elle ne s’avère pas être aussi parfaite. Myriam, 16 ans, élève est totalement satisfaite de ce qu’elle est et de l’image qu’elle véhicule. «Même si l’on me propose une pareille intervention gratuitement, je dirai non. Je me sens bien dans ma peau et je trouve que je n’ai pas de défauts flagrants qui me poussent à réfléchir à la question. Chacun a ses petits défauts et je pense qu’une petite imperfection par-ci ou un petit défaut par-là peuvent rendre la personne plus charmante. Et puis surtout, le physique est une création divine. Je suis croyante et je ne peux que faire preuve de frugalité face à ce que Dieu m’a donné», dit-elle. Pour Hanen, 16 ans, élève, c’est du pareil au même. La jeune fille pense que tout être croyant doit se contenter de ce que Dieu lui a donné «Je me sens bien dans ma peau. Je m’accepte avec mes qualités et mes défauts. D’ailleurs l’idée de se regarder dans la glace un jour et de voir un truc changé me terrifie. Je ne serai pas moi et il se peut que je me refuserai, alors à quoi bon ? Toutefois, il est probable que l’idée de se faire un lifting me tenterait lorsque je serai vieille. C’est toujours difficile pour une femme de voir l’effet de l’âge s’installer sans merci sur son physique», dit-elle. Fidae, 25 ans, ingénieur, est aussi totalement contre ce genre d’intervention. «Je suis ce que je suis et je me sens bien dans ma peau. En outre, je trouve que rien ne vaut la beauté naturelle. Tout ce qui est à l’état brut reste original et personnel. Par contre, l’artificiel donne un air faux à la chose. A mon sens, les filles «retapées à neuf» sont superficielles et manquent de caractère. Elles ne sont surtout pas vraies. Elles inspirent la fausseté et à la limite, je trouve cela écœurant. Pour paraître plus belle, il suffit juste de faire preuve d’intelligence: mettre des habits qui mettent en valeur leurs qualités et qui camouflent les défauts, se maquiller de manière discrète et raffinée, ce n’est pas du tout vilain. Ainsi, on embellit un physique réel sans le dénaturer et sans toucher à l’originalité de la personne. Cela dit, dans certains cas, ce genre d’interventions est nécessaire. Certaines personnes souffrent d’une malformation congénitale comme le cas du bec de lièvre, la vie du sujet sera sûrement meilleure après une opération esthétique. Il y a aussi ceux qui se retrouvent défigurées suite à un accident de voiture, à une chute ou à des brûlures... Il faut aussi dans ce cas subir une intervention pour que la personne ne soit pas encline à devenir complexée et qu’elle continue à vivre normalement. Mais en aucun cas, je ne serai tentée par l’idée de changer mon physique qui est l’œuvre de Dieu», dit-elle. Malak, 20 ans, étudiante, dit aussi que rien ne vaut la beauté naturelle. «Tout ce qui est à l’état naturel porte en lui l’aspect divin, il est donc forcément plus beau à voir et à sentir. L’image du physique n’est qu’une enveloppe qui reflète la beauté de l’âme qui, elle, reste éternelle. Changeons ce physique par des mains humaines et tout sera faux et dénaturé ! Voilà comment je vois les choses. Franchement, je trouve les filles refaites... «moches». Elles sont comme des momies sur lesquelles on a collé de la chair bien taillée. Je trouve aussi qu’elles ont toutes les mêmes joues, le même nez, la même bouche, à croire qu’il s’agit des produits d’une même gamme industrielle ! Elles se ressemblent tellement que je crois bien qu’elles ont perdu toute leur originalité et toute leur beauté divine. Elles reflètent une image fausse et artificielle et je crois que cela a atteint même leur âme... Moi, je change un truc pour être comme elles ? Non merci, je préfère retrouver la «Malak» don je suis fière quand je regarde dans un miroir», dit-elle. Wissal, 18 ans, bachelière, est aussi contre l’idée de changer quelque chose en elle. «Je ne crois pas avoir un physique désagréable. Je me sens bien telle que je suis. Dieu merci. Je crois que rien ne vaut le fait d’être frugal, cela simplifie tellement l’existence. D’ailleurs, un petit défaut peut rendre la personne beaucoup plus charmante qu’une autre «tracée au millimètre». Toutefois, certaines personnes se trouvent moches ou pensent qu’un énorme nez ou de toutes miniscules lèvres leur gâchent la vie. Si elles voient les choses de cette manière, elles risquent de devenir complexées surtout si ces «défauts» font l’objet des critiques, des potins voire de la médisance des autres. Dans ce cas, leur intégration dans la société va être vraiment difficile . Il se peut qu’une intervention leur change complètement la vie et les aide à vivre en paix avec leur corps. Alors elles en ont pleinement le droit!», dit-elle. Abir CHEMLI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com