Maîtrise de l’énergie dans les transports : Miracles sur la voie ferrée !





Après le train de mesures mis en route à plusieurs niveaux pour réaliser une efficacité énergétique optimale dans les transports, un séminaire a été organisé hier à Tunis pour dresser un plan d’action impliquant toutes les parties intervenantes. Au niveau des autorités de tutelle, “il s’agit de faire des choix dans le sens d’un rééquilibrage du marché du transport en faveur du rail”. Tunis - Le Quotidien Le “rééquilibrage” du marché du transport en faveur du rail ou encore la “revalorisation” des chemins de fer serait en fait un choix qui se place au sommet de l’échelle des priorités envisagées dans le cadre de la stratégie de nationalisation de la consommation de l’énergie dans les transports. Hier, au cours du séminaire organisé à cet effet par les ministères de l’Industrie, de l’Energie et des PME, et du Transport, pas moins de neuf communications ont été présentées par des experts dans le domaine de l’énergie et de l’exploitation des réseaux de transport relevant de diverses structures et compagnies opérant dans le domaine. En exposant la situation énergétique du secteur du transport à travers la présentation de l’état des lieux de différents modes de transport, les conférenciers ont remis en cause l’ampleur du gaspillage des ressources en énergie fossile dont le transport est un grand consommateur. En s’accaparant 33% de la consommation nationale, les transports sont devenus le domaine prioritaire dans la bataille de l’énergie engagée sur le plan national. D’après les évaluations du ministère du Transport, le créneau terrestre a consommé en 2005 environ 2 millions de tonnes équivalent pétrole (tep) dont 98% par les moyens de transport routier contre 2% seulement pour les chemins de fer, 98 mille (tep) pour le maritime et 332 mille (tep) pour l’aérien. La stratégie de modernisation du secteur du transport urbain s’oriente, il faut le rappeler, vers une promotion plus importante des moyens de transport urbain collectif. L’expansion sans précédent accélérée de l’usage des voitures particulières tend en fait à donner du fil à retordre aux structures de tutelle qui tentent de favoriser le transport en commun. * Le rail ... et le nucléaire Statistiquement, cette orientation repose sur des données fiables et rassurantes. Une comparaison mettant en exergue le facteur de l’efficacité énergétique a révélé en fait que le transport ferroviaire présente une efficacité énergétique 3 fois plus élevée que celle du transport routier toutes formes confondues. Plus ciblée, cette comparaison dévoile une ampleur de gaspillage d’énergie effrayante, quant à l’usage de la voiture particulière. Calculée sur la base de la quantité de carburant consommée par kilomètre par personne transportée, l’efficacité énergétique sur le réseau ferroviaire est 10 fois plus élevée par rapport à la voiture particulière. Mieux encore, au moment où l’on cherche à diversifier les sources d’énergie primaire, notamment les énergies renouvelables, les chemins de fer constituent un mode de transport plus adapté à cet avantage stratégique. D’après l’exposé de M. Mouldi Zouaoui, de la SNCFT, la traction électrique permet aux chemins de fer d’utiliser toute la gamme d’énergies primaires, en commençant par le charbon, le pétrole et le gaz naturel jusqu’à l’hydraulique, le géothermique et le nucléaire. “Le jour où on aura de l’énergie nucléaire, l’exploitation du réseau ferroviaire favorisera une économie d’énergie inégalable”, assure le spécialiste... Hassen Ghediri


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com