Arbitrage – Archundia vu par Guirat : «Un modèle du genre»





La première demi-finale du Mondial opposant l’Allemagne à l’Italie aura été âprement disputée, comme on s’y attendait d’ailleurs. L’engagement physique exceptionnel et sans faille, de part et d’autre, qui a marqué les débats n’a cependant pas empêché l’arbitre de la rencontre, le Mexicain Benito Archundia, qui en était à sa cinquième rencontre, depuis le démarrage de la compétition, de s’en sortir à son avantage et maîtriser son sujet, bien que les joueurs se soient montrés volontaires avec à la clé des duels épiques, tout en se montrant toutefois disciplinés, corrects et bien appliqués dans leurs interventions. Est-ce à dire par là que la tâche du referee aztec aura été largement facilitée par la correction des joueurs ? L’arbitre international tunisien Hichem Guirat, notre consultant en la circonstance, y adhère mais en émettant une certaine réserve : «Certes la bonne tenue des joueurs a été pour beaucoup dans la réussite de la prestation du Mexicain, mais il ne faut surtout pas oublier que c’est l’arbitre qui conditionne le plus souvent le déroulement de la rencontre. Aussi, la prestation de Benito Archundia a-t-elle été, à mon avis, un modèle du genre. En tout cas à inculquer aux jeunes arbitres, tellement il a fait montre d’aisance et de maestria, d’une présence physique à toute épreuve également, couvrant un terrain énorme et se trouvant constamment dans le feu de l’action afin de déceler toutes les irrégularités, ou plutôt les fautes. N’eut été la faute qui a sanctionné la charge, régulière par ailleurs, de Cannavaro, il aura été parfait. Très à l’aise également dans ses déplacements, il n’a eu recours à ses cartons qu’à trois reprises. Il faut dire aussi, pour terminer, qu’il a été bien secondé par ses deux assistants». M.A.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com