Environnement : L’expertise néerlandaise à la rescousse du développement propre





Réunis autour du thème du développement propre, des experts tunisiens et hollandais ont présenté hier au cours d’un séminaire organisé à Tunis, les perspectives de coopération dans le domaine du Mécanisme de développement Propre (MDP) entre la Tunisie et les Pays-Bas. Tunis - Le Quotidien Pionnier dans le domaine du développement propre, la Hollande est l’un des premiers pays industrialisés à mettre en place des fonds spéciaux pour la réalisation de multiples projets dans le cadre du Mécanisme de Développement Propre (MDP). Pour faire bénéficier la Tunisie de son expérience en la matière, les Pays-Bas, à travers son ambassade à Tunis, a pris l’heureuse initiative d’organiser ce séminaire avec l’appui du ministère de l’Environnement et du Développement durable. En présentant l’expérience néerlandaise en matière du développement propre, M. Lex de Jonge, directeur du programme du MDP auprès du ministère néerlandais de l’Environnement à indiqué que le mécanisme instauré par le Protocole de Kyoto et la Convention-Cadre des Nations unies sur les changements climatiques permet aux pays de réduire l’émission des gaz à effet de serre et de contribuer de la sorte à la minimisation du changement climatique. “Grâce à la réalisation de plusieurs projets dans le cadre du processus du MDP, le gouvernement néerlandais sera capable d’acheter 67 millions de tonnes équivalent C02 au cours de la période s’étalant jusqu’à 2012”, souligne l’expert hollandais. L’opération, notons-le, se fait par le biais de fonds spéciaux mis en place par le gouvernement pour l’acquisition de crédits-carbone issus des projets MDP. * Changement climatique Du côté néerlandais, la coopération avec la Tunisie dans ce domaine est prometteuse vu que notre pays a initié et exécuté plusieurs activités dans le but de mettre en place un programme d’exploitation du potentiel d’atténuation des émissions de gaz à effet de serre et de développement de projets dans le cadre d’un MDP. Dans cette même optique, M. Nadhir Hamada, ministre de l’Environnement et du Développement durable, a passé en revue “les principales actions et programmes mis en œuvre en Tunisie dans le cadre de sa stratégie environnementale et énergétique à même de contribuer à l’effort mondial de lutte contre les effets adverses des changements climatiques”. En matière du MDP, le ministre a indiqué que “depuis l’entrée en vigueur, en 2004, du MDP, plusieurs efforts ont été consentis afin de se frayer un chemin dans la course entre les pays pour se positionner sur le marché carbone international en plein essor et dont les grandes parts sont largement détenus par les pays pionniers ayant un fort potentiel MDP”. * Revenus et partenariats Les activités MDP tunisiennes concernent deux projets qui seront prochainement en phase d’enregistrement et qui doivent générer des revenus potentiels de la vente des Unités de Réduction d’Emission Certifiée (URCE), estimés à 63 millions de dinars sur la période de comptabilisation de 10 ans entre 2007 et 2016. Les deux projets en question concernent l’extraction et le torchage du méthane dans 10 décharges contrôlées, réparties sur le territoire national et dont le coût prévisionnel global est évalué à 15 millions de DT. La coopération avec les Pays-Bas dans le domaine du Développement propre doit ainsi renforcer les capacités de la Tunisie dans le domaine. Avant les Néerlandais, la Tunisie a noué des liens de coopération avec d’autres partenaires ayant des expériences dans le MDP. “Depuis 2005 et le début de cette année, des mémorandums de coopération ont été en effet signés avec l’Italie, l’Autriche en plus d’autres accords signés avec le Canada, le Portugal, l’Allemagne la France, l’Espagne et le Japon ...”, a précisé le ministre de l’Environnement et du développement durable. Hassen Ghediri


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com