Recherche Des engrais biologiques «made in Tunisia»





Jeune chercheur ambitieux de son état, M. Massoud Khalloufi vient d’achever ses recherches portant sur la production d’engrais biologiques 100% tunisiens. Tunis - Le Quotidien Il s’agit d’un projet de recherche entamé, il y a deux ans, consistant à la production d’une gamme diversifiée d’engrais biologiques, importés jusqu’à maintenant de certains pays européens. Ces engrais biologiques sont produits sur la base de déchets naturels, en particulier, les déchets de mer, les déchets forestiers et résidus d’animaux. «Le recyclage de ces déchets en particulier ceux de la mer et forestiers, nous permet de produire des engrais biologiques de très bonne qualité», nous avance M. Massoud Khalloufi. Les recherches semblent donner des résultats impressionnants et même imprévus puisqu’elles ont permis de produire huit types d’engrais biologiques, alors que même dans certains pays européens on ne produit qu’un seul type d’engrais. Mieux encore, ces recherches ont donné une qualité d’engrais biologiques bien plus meilleure que celle des engrais importés de l’Europe. Elles ont même permis de créer un nouveau type d’engrais, découvert pour la première fois et qui favorise la croissance rapide des plantes. «Je suis vraiment très heureux et très fier des résultats de mes recherches, notamment en ce qui concerne la qualité des engrais qui dépasse de loin celle des produits européens», explique M. Khalloufi. Notre interlocuteur nous explique, par ailleurs, qu’il s’est basé sur ses propres moyens pour financer son projet de recherche. Son ambition est, aujourd’hui, de créer une usine multifonctionnelle, pour le recyclage des déchets naturels et la production des engrais. Son seul souci est de bénéficier d’un appui des autorités de tutelle afin de l’aider à trouver un partenaire, qu’il soit tunisien ou étranger qui l’aidera à concrétiser ce rêve. «Selon mes études, le projet de cette usine devrait coûter près d’un million de dinars. Malheureusement, je n’ai pas les moyens pour financer ce projet, mais je suis confiant et convaincu que les autorités de tutelle m’aideront à trouver un partenaire pour le réaliser, compte tenu des multiples avantages, qu’il présentera à l’économie nationale», mentionne-t-il. En effet, selon notre interlocuteur, ce projet permettra de créer plus de dix mille nouveaux emplois directs et indirects, que ce soit pour la collecte des déchets ou leur recyclage. Le projet permettra, par ailleurs, d’améliorer la qualité des produits agricoles, d’augmenter leur production, et même d’étendre les surfaces exploitées pour l’agriculture d’autant plus que les engrais biologiques produits augmentent la fertilité de la terre même dans les zones où les conditions climatiques sont difficiles (le Sud et le Centre du pays). Le projet permettra d’augmenter les exportations du secteur agricole, surtout que ces mêmes engrais sont très sollicités en Europe et dans le monde.En outre, le projet aura même des résultats positifs sur l’environnement, notamment la propreté des villes à travers la collecte des déchets naturels dans tous les gouvernorats du pays. M. Massoud Khalloufi nous souligne, également, que ce projet permettra d’améliorer l’image de la Tunisie, dans le domaine de la recherche scientifique, puisqu’il sera unique en son genre en Afrique et dans le monde arabe. «Mon seul objectif, aujourd’hui, est de voir concrétiser ce projet d’usine. J’aurais pu vendre mes recherches aux laboratoires européens et gagner beaucoup d’argent, mais ce n’est pas mon objectif. Je veux que ce projet soit appliqué en Tunisie et que tout le monde en tirera profit», conclut notre interlocuteur. Mohamed ZGHAL


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com