Littérature Quand Carthage parle russe !





Restituer l’histoire de Carthage, surtout en langue russe est une entreprise difficile. Le besoin s’est fait sentir depuis longtemps. Natalia Kouptcha, enseignante universitaire et guide professionnelle auprès de l’ONTT s’est évertuée à satisfaire ce besoin. Il y a dans l’histoire de Carthage ce qui pousse à s’interroger sur le passé glorieux de ce site. Le visiteur ne peut, en effet, s’empêcher de se demander sur l’épopée carthaginoise, sa grandeur et surtout son influence — qui sont racontées par les vestiges enfouis à Sidi Bou Saïd, Carthage, etc. Et devant ces interrogations, les touristes les plus curieux sollicitent une documentation portant sur l’histoire de ce site. Mais, à nos jours, cette documentation ne semble pas être disponible dans toutes les langues, notamment, en russe. Ainsi, et dans le but de répondre au besoin des touristes russes et aiguiser leur curiosité, Natalia Kouptcha a pris l’initiative d’immortaliser l’histoire de Carthage en langue russe à travers deux importants ouvrages qui constituent, selon elle, un témoignage poignant et une contribution notoire pour faire connaître le patrimoine tunisien. La parution de ces deux livres intitulés respectivement : «Carthage : grandeur retrouvée» et «Musée du Bardo», intervient à un moment où les relations diplomatiques tuniso-russes connaissent leur apogée. En effet, l’année 2006 est placée en Tunisie sous le signe de la célébration d’un demi-siècle de relations diplomatiques entre les deux pays et également cinquante ans de l’implantation de l’église orthodoxe au pays des descendants de Carthage. D’autre part, l’engouement de plus en plus grandissant des touristes russes pour la destination Tunisie impose à immortaliser l’histoire de Carthage en russe. En effet, le nombre de touristes russes est passé de 5.000 visiteurs en 1980 à plus de 100.000 touristes actuellement. Ces visiteurs ne cessent de réclamer une documentation russe immortalisant l’histoire des pays des descendants de Carthage. * Au cœur de Carthage Pour parler de ces deux ouvrages, disons qu’ils braquent pleins feux sur les spécificités des sites archéologiques tunisiens, notamment ceux de Carthage, de Sidi Bou Saïd mais également La Marsa et d’autres endroits non des moins connus. «Musée du Bardo, d’un mythe à l’autre», titre du premier livre, nous donne une description du contenu de ce musée. L’auteur présente ses différentes salles, ses collections de mosaïques et restitue, d’autre part, l’histoire de la Tunisie à travers des objets retrouvés dans tous les sites de la Tunisie. «Grandeur retrouvée, Tunis-Carthage, Sidi Bou Saïd-Marsa», le second ouvrage de Natalia Koutcha, dresse une rétrospective sur l’Histoire de la Tunisie, sa culture et ses traditions. Il s’agit d’un compte-rendu du passé de Carthage avec des illustrations photographiques. Ousmane WAGUE


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com